HKO-HKN-SPO-CAROLINA-HURRICANES-V-NEW-YORK-ISLANDERS

Crédit : AFP

LNH

Barry Trotz, un entraîneur respecté

Publié | Mis à jour

Barry Trotz a gravé son nom sur la coupe Stanley pour une première fois au printemps dernier en conduisant les Capitals de Washington à la terre promise. Quelques mois plus tard, Trotz devrait gagner un autre trophée, mais il ne le fera pas avec la même équipe.

Dans un scénario assez rare dans le monde du hockey, Trotz a démissionné de son poste avec les Capitals puisque la direction de l’équipe refusait de répondre à ses exigences salariales. Le 21 juin dernier, l’homme de 56 ans a choisi de relever un nouveau défi avec les Islanders de New York.

Avec les Islanders, Trotz prenait le contrôle d’une équipe qu’on croyait à la dérive. John Tavares, le capitaine, venait de faire faux bond à l’organisation en paraphant un lucratif contrat de sept ans avec l’équipe de son enfance, les Maple Leafs de Toronto.

Sans Tavares, les Islanders se destinaient vers une saison de misère. Mais c’était de sous-estimer l’effet Trotz. À la mi-mars, les Islanders se battent toujours pour le sommet de la Division Metropolitaine. Si vous cherchez à faire une prédiction facile, vous pouvez déjà investir un cinq dollars sur l’obtention du Jack-Adams pour Trotz à la fin de la saison.

«Barry était aussi un bon entraîneur à Nashville, a rappelé Claude Julien avant le départ de l’équipe pour Uniondale. À Washington, ils ont été incapables de gagner pendant des années, même s’ils étaient les favoris. Il a réussi à les faire passer par-dessus ça.»

«Cette année, il a pris une équipe comme la nôtre, dont les gens attendaient peu, a-t-il continué. Et il a mis en place une structure qui aide tout le groupe, et ils en profitent. J’ai toujours aimé Barry, on est de bons amis, on partage beaucoup de choses ensemble, même pendant la saison.»

Une longue association

Dans le vestiaire du CH, Shea Weber connaît parfaitement Trotz. Il a fait ses débuts dans la LNH en 2005-2006 sous les ordres de Trotz avec les Predators. C’est aussi Trotz qui l’avait choisi comme capitaine à Nashville en 2010-2011.

Il y a un immense respect entre les deux hommes. Ça se lit dans les yeux de Weber quand il parle de son premier mentor dans la LNH.

«Barry a une expérience inestimable et il apporte beaucoup de bonnes choses aux Islanders. Il fait attention aux moindres détails et il est exigeant envers ses joueurs. En même temps, il est aussi très juste.»

Pour Weber, Trotz restera toujours plus qu’un entraîneur.

«Je le considère comme un ami. J’ai joué pour lui pendant tellement de saisons. J’étais aussi le capitaine et j’avais plusieurs rencontres avec lui. Même l’été, je le voyais puisqu’il habitait à Vernon en Colombie-Britannique, ce n’est pas très loin de Kelowna. Il n’est pas juste un bon coach, il est également une très belle personne. J’ai énormément de respect pour lui.»