Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens

«J’aimerais avoir l’occasion de me reprendre»

Publié | Mis à jour

Antti Niemi est un homme de peu de mots. Pour parvenir à lui tirer les vers du nez, il faut s’armer de patience et avoir une longue liste de questions dans sa manche. Mais la tâche est un peu plus facile lorsque vous avez l’occasion d’être seul avec lui.

Le gardien finlandais retirait son équipement après l’entraînement matinal de l’équipe lorsque le représentant du Journal de Montréal s’est approché lui.

Après avoir discuté du rappel de Charlie Lindgren et de la différente dynamique qu’amène un troisième gardien au sein d’une équipe, on est tombé dans le vif du sujet.

«Je ne sais pas si Carey [Price] va garder tous les matchs d’ici la fin de la saison. Ce qui est sûr, c’est que j’aimerais avoir l’occasion de me reprendre», a-t-il déclaré.

C’est la première fois que le gardien de 35 ans prenait la parole depuis la défaite à San Jose. Jeudi, il a vu les Sharks marquer trois buts sur les neuf premiers lancers auxquels il a fait face. Cinq jours plus tard, Niemi, même s’il a pris le blâme pour ce revers 5 à 2, se gratte toujours la tête.

«Ç’a mal commencé. J’ai donné deux buts étranges. D’ailleurs, je ne comprends pas ce qui s’est vraiment passé sur ces buts. Après, on n’a pas été en mesure de revenir dans le match», a-t-il décrit.

On peut se douter que Niemi, à qui Marc Bergevin n’avait consenti qu’un contrat d’un an, en est à ses derniers milles avec l’équipe. C’est tout à fait compréhensible qu’il souhaite partir en laissant un bon souvenir.

Souvenirs de 2014

Toutefois, dans une course aussi serrée que celle dans laquelle il est impliqué, le Canadien n’a plus la moindre marge de manoeuvre. Effectivement, on peut s’attendre à ce que Price soit devant le filet du Tricolore jusqu’à la fin de la saison.

Toutefois, le rappel de Lindgren, qui devrait demeurer avec l’équipe jusqu’à la fin de la campagne, a-t-il un lien avec les récents problèmes de Niemi? On se rappellera qu’à son départ précédent, Niemi avait également accordé trois tirs en neuf lancers.

«Non», a soupiré Claude Julien.

La question valait la peine d’être posée. À la fin de février 2014, le Canadien avait rappelé Dustin Tokarski en raison d’une blessure de Price. Après avoir disputé trois rencontres de saison régulière, il avait été préféré à Peter Budaj, en finale de l’Association de l’Est contre les Rangers de New York, après que Chris Kreider fut entré en collision avec le joyau du Canadien.

«Il nous reste beaucoup de matchs et beaucoup d’entraînements d’ici la fin de la saison. Si on veut donner congé à notre gardien, on en aura deux autres, a expliqué l’entraîneur du Canadien à propos du rappel de Lindgren. On veut également donner l’occasion à Charlie de passer du temps avec nous. Il a manqué beaucoup de temps à Laval en raison d’une blessure.»

Lindgren dans l’adversité

Avec Lindgren à Montréal, l’état-major de l’équipe sera plus en mesure d’évaluer sa progression. En 33 matchs avec le Rocket, il a maintenu un dossier de 11-14-6, une moyenne de buts alloués de 2,94 et un taux d’efficacité de ,884.

«Les statistiques sont ce qu'elles sont. J'ai vécu de l'adversité et j'ai beaucoup appris de cette situation. Mentalement et physiquement, je suis plus fort que je ne l'étais à mon premier passage avec le Canadien», a soutenu l’Américain.

Blessé à la hanche au début du mois de décembre, Lindgren a passé près de six semaines à l’infirmerie. Ce qui n’a pas aidé sa cause.

«C’est la première fois que je me retrouvais sur la touche pour une longue période. La première semaine suivant mon retour, au Manitoba, je n’étais peut-être pas au sommet de ma forme. J’ai eu de la difficulté à réintégrer la vitesse de croisière du groupe. Depuis quelque temps, cependant, je me sens beaucoup mieux.»

Défait à ses quatre dernières présences dans la Ligue nationale, il n’a pas gardé le filet du Canadien depuis le 17 mars 2018.