Crédit : Troy Taormina-USA TODAY Sports

Impact

Un précieux point perdu à Houston

Publié | Mis à jour

HOUSTON - Sept jours se sont écoulés entre la victoire à San Jose et la défaite à Houston, mais il y a un monde de différence et c’est ce qui explique que l’Impact de Montréal a laissé filer un point en accordant un but en fin de match.

Les joueurs de l’Impact jubilaient après le gain de 2 à 1 en Californie, tandis que samedi, au Texas, ils étaient plutôt résignés après un revers par le même pointage aux mains du Dynamo.

Disons-le tout de suite, les deux équipes ont joué un match plutôt ennuyeux et sans rythme dans un stade au tiers plein et dans des conditions difficiles, avec une chaleur et surtout une humidité élevées.

Toutes les conditions étaient donc réunies pour une rencontre dont on ne se souviendra plus dans quelques semaines. Et c’est exactement ce qui s’est passé.

Le Bleu-blanc-noir, qui avait une identité assez définie à San Jose, n’a pas su remettre les mêmes principes sur le terrain du BBVA Compass Stadium contre le Dynamo.

Exit le bloc défensif très compact et particulièrement la possession de balle jumelée à une circulation dynamique.

Le jeu manquait cruellement de rythme et était souvent trop statique. Rémi Garde s’en est bien rendu compte et a voulu donner un coup de fouet à son attaque en remplaçant Orji Okwonkwo par Mathieu Choinière pour amorcer la seconde demie.

«Ce n’était pas du tout individuel, j’ai essayé de changer quelque chose parce que j’ai vu au bout de 45 minutes qu’on n’était pas bien. [...] J’ai pensé que Mathieu pouvait amener un peu plus dans le jeu. Il est technique et il a fluidifié le jeu par moments.»

Et Choinière a effectivement été intéressant dans son apport à la dynamique du groupe.

L’Impact a donc joué au yoyo à ses deux premiers matchs cette saison, comme on l’a vu le faire régulièrement l’an passé.

La question est de savoir lequel est le vrai visage de cette équipe : celui qui a remporté la victoire à San Jose ou celui qui s’est incliné à Houston. On aurait tendance à pencher pour la première réponse, parce qu’il y a de toute évidence du caractère au sein de cet effectif et pas mal de talent.

Mais on dirait qu’il faut que tout tombe toujours bien en place pour que les choses fonctionnent pour le mieux. Il semble y avoir peu de marge de manœuvre et c’est une chose qu’il faudra corriger, car cette équipe semble avoir un plafond plutôt élevé qu’elle n’a pas encore atteint.

Collectif

La bonne nouvelle, c’est que ce revers a surtout été causé par des erreurs collectives, de marquage notamment, et non par un manque de talent.

Certes, le Dynamo présente une très belle attaque, même si celle-ci a été amputée du deux tiers pendant la première heure. Cependant, le Bleu-blanc-noir aurait très bien pu jouer d’égal à égal avec ses hôtes.

Il y a tout de même eu un peu de bon dans tout ça, comme une très bonne performance de Victor Cabrera et de Zakaria Diallo en défense centrale.

Le second devra toutefois être moins ambitieux dans sa distribution et ne pas toujours viser les passes payantes, privilégiant aussi les passes simples s’il ne veut pas devenir prévisible et parfois dangereux.

Malédiction

Par ailleurs, il faut se demander quand l’Impact finira par obtenir sa première victoire à Houston.

Depuis son entrée dans la Major League Soccer, le Bleu-blanc-noir n’a obtenu qu’un seul point en huit rencontres (0-7-1) au BBVA Compass Stadium. Et il est difficile d’expliquer pourquoi c’est plus difficile ici qu’ailleurs. Aucune raison évidente ne saute aux yeux.

Et on n’aura pas de réponse avant au moins deux ans, parce que la prochaine visite dans le sud du Texas est prévue pour la saison 2021.