BNP Paribas Open - Day 4

Crédit : AFP

Calendrier ATP

Un duel attendu entre Auger-Aliassime et Tsitsipas

Publié | Mis à jour

Le Québécois Félix Auger-Aliassime retrouve, ce samedi, un adversaire qu’il connaît bien au deuxième tour du tournoi d’Indians Wells. Le Grec Stefanos Tsitsipas, 10e joueur au monde, sera d’ailleurs en quête d’une première victoire contre le Québécois, qu’il n’a jamais réussi à vaincre chez les juniors.

Avant d’accéder aux rangs professionnels, Auger-Aliassime et Tsitsipas s’étaient affrontés à trois reprises. Lors de leur dernier duel, en demi-finale des Internationaux juniors des États-Unis en 2016, le Montréalais l’avait emporté avant de triompher en finale du prestigieux tournoi.

Auger-Aliassime, qui est aujourd’hui 58e au classement de l’ATP, se rappelle très bien de son dernier match contre le Grec de 20 ans.

«Je me souviens qu’il faisait vraiment chaud, a confié le joueur de 18 ans à Tennis Canada. Physiquement, je sentais que j’étais un peu plus fort que lui à l’époque. Mais il s’est tellement amélioré; c’est un tout autre joueur maintenant.»

«Je me rappelle que j’avais réussi à mettre beaucoup de pression sur lui et à le faire bouger. J’avais très bien servi aussi, ce qui avait beaucoup aidé. Chaque fois que nous avons joué l’un contre l’autre chez les juniors, on parle de matchs difficiles et très serrés. Je m’attends à ce qu’il présente son meilleur tennis (samedi) et nous verrons ce que je pourrai faire de mon côté.»

Chef de file de la nouvelle génération

Comme le souligne Auger-Aliassime, Tsitsipas est devenu un joueur redoutable. Cette année, il a même atteint les demi-finales des Internationaux d’Australie en battant sur son passage le Suisse Roger Federer. Il s’est établi comme l’un des chefs de file de cette nouvelle génération de joueurs qui tentent de succéder aux Novak Djokovic, Rafael Nadal, Federer et, il n’y a pas si longtemps, Andy Murray.

Auger-Aliassime se réjouit d’ailleurs de l’ascension de Tsitsipas et de ses anciens rivaux chez les juniors, qui sont prêts pour le changement de garde.

«C’est le fun car maintenant, il y a beaucoup de ces joueurs qui sont dans le top 100, 50, 30. Des gars comme (Alex) de Minaur, Denis (Shapovalov), Casper Ruud et Tsitsipas... Nous nous sommes affrontés chez les juniors et dans les Grands chelems juniors. C’est le fun de grandir ensemble et de se pousser les uns les autres.»