.dtc-user-dropdown { display:none !important; }

Crédit : Troy Taormina-USA TODAY Sports

MLS

Houston est assis entre deux chaises

Publié | Mis à jour

HOUSTON - L’Impact ne peut pas arriver au BBVA Compass Stadium en pensant qu’il marchera sur le Dynamo de Houston.

Certes, les Texans ont disputé un match de Ligue des champions qu’ils ont perdu contre Tigres UANL mardi soir, mais ils ont aussi connu un faux départ lors de leur premier en MLS le week-end dernier, un verdict nul de 1 à 1 contre Real Salt Lake.

La défaite de 2 à 0 contre Tigres est survenue à Houston alors que le Dynamo comptait sur l’essentiel de ses cadres comme titulaires, et le match retour aura lieu au Mexique la semaine prochaine.

Mais entre ces déceptions, on verra des hommes en orange qui sont fiers et qui voudront passer un message.

Variété

Le Dynamo possède une ligne d’attaque puissante avec Mauro Manotas, Alberth Elis et Romell Quioto.

Qui plus est, Houston est en mesure de varier sa façon de jouer, comme le souligne Rémi Garde.

«Ils ont un style de jeu très identifié qui peut être à la fois direct, pour utiliser la vitesse de leurs trois attaquants et ça peut être un jeu de passes plus combiné.»

«Ils ont plusieurs cordes à leur arc et on va essayer de s’adapter un peu à eux aussi.»

Maxi Urruti connaît bien le Dynamo pour l’avoir affronté à maintes reprises quand il était à Dallas. Pour lui, la principale menace est clairement identifiée.

«Pour moi, ce sont les attaquants, nous allons devoir être concentrés pendant 90 minutes.»

Influence latine

Dirigé par Wilmer Cabrera, un Colombien qui a aussi entraîné Chivas USA et les Rapids du Colorado, le Dynamo propose un jeu qui allie à la fois les qualités nord-américaines à celles de l’Amérique latine.

«En Ligue des champions, ils ont joué d’une façon qui ressemble aux équipes mexicaines, c’est-à-dire qu’ils laissent trois ou quatre bons joueurs haut sur le terrain et c’est comme si on jouait à cinq contre cinq à chaque bout du terrain», analyse Evan Bush.

La tâche pour le Bleu-Blanc-Noir sera de ne pas tomber dans le panneau et de contrôler le jeu.

«C’est ce qu’on veut éviter en conservant le ballon et en forçant les joueurs offensifs à défendre.»