JiC

Un nouveau saut, une nouvelle flamme... olympique?

Publié | Mis à jour

Justine et Chloé Dufour-Lapointe ont tout gagné en ski acrobatique et après le cycle olympique qui s’est terminé en 2018, elles ont trouvé une façon de retomber en amour avec leur sport afin de se donner un peu plus l’envie de se rendre aux prochains Jeux.

Les deux spécialistes des bosses et leur sœur Maxime, récemment retraitée du même sport, étaient de passage à «JiC», mardi afin de revenir sur la saison qui vient de se terminer. Elles ont également parlé d’un nouveau saut, le «cork», qu’elles ont passé la saison à perfectionner. Leur succès en la matière leur a apporté une grande satisfaction.

«Ça a été rempli de hauts et de bas, on le savait quand on a décidé de changer notre routine, d'oser pousser notre sport et tenter un nouveau saut, a expliqué Justine. On le savait que ça allait prendre des sacrifices, que ça n'allait pas être toujours la perfection, qu'on allait parfois manquer notre saut et avoir de mauvais résultats, que ça allait monter la zone de stress et tout, mais ça a tellement bien été.»

«Ça nous a fait du bien en fait, un vent de fraîcheur, un objectif à atteindre, élargir sa zone de confort, a poursuivi Chloé. Ça a fait en sorte qu'on se sentait invincible (...) ça peut nous faire peur, mais quand on le fait, on est tellement fières.»

Désormais, les Jeux olympiques de 2022 apparaissent un peu moins loin, et un peu plus accessibles.

«D'y penser, c'était comme très loin, mais on vient de terminer cette saison-ci, et je le vois d'une toute autre façon, je le vois comme une opportunité, a indiqué Justine. Je me verrais là, avec ce nouveau saut, parce qu'il m'a tellement nourri, amenée ailleurs, en fait je trouve que ça m'a fait retomber en amour avec mon sport. Parce que je sens qu'il y a un tout autre chemin pour me rendre à ces jeux-là.»

«Ça a un peu rallumé cette flamme qui s'était éteinte avec la maladie de notre mère, ce qui a été lourd dans les dernières années, a renchéri Chloé. Les derniers Jeux olympiques ont été assez difficiles pour moi. J'y vais une année à la fois, mais le "cork" a ramené la magie.»

«On a terminé la saison et les deux on s'est dit "ah, c'est fini? J'aimerais en faire encore et continuer ma progression", donc je pense que ça nous donne beaucoup d'énergie pour les prochaines années», a ajouté la skieuse.

Quant à l’aînée, Maxime, la retraite se passe plutôt bien, entre des études en médecine et son travail d’analyste en ski acrobatique à TVA Sports, notamment.

«Je me suis retirée du sport en paix, compétitionner, je l'ai fait, a-t-elle souligné. Je pense que ce qui m'a fait le plus de peine, c'est de ne pas être avec mes soeurs. Elles ont été à Disney, au Japon et je me disais "mon Dieu, j'aimerais ça être là", mais j'ai suivi toutes les courses et en fait, je pense avoir encore plus compris comment se sentaient nos parents, à stresser, ne pas savoir ce qui se passe et regarder des chiffres sur un ordinateur.»

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.