.dtc-user-dropdown { display:none !important; }

Canadiens

L’incertitude plane sur Price

Publié | Mis à jour

À la veille d’amorcer son voyage de trois matchs le plus crucial de la saison, le Canadien était dans l’incertitude quant à l’état de santé de son gardien partant.

Incommodé par un virus, Carey Price n’a pas participé à l’entraînement lundi, demeurant sagement à l’hôtel. Au moment de rencontrer les membres des médias, Claude Julien ignorait toujours la gravité du malaise.

Il faut dire que Price n’est pas le premier à être ralenti par la maladie au cours des dernières semaines.

Jonathan Drouin avait raté la rencontre à Toronto et Paul Byron avait dû faire l’impasse sur un entraînement à la veille d’affronter les Rangers au Madison Square Garden.

Toutefois, dans un cas comme dans l’autre, les deux joueurs étaient de retour sur pieds 24 heures plus tard, signe encourageant pour la présence de Price devant le filet mardi soir.

Insuffler de l’énergie

En raison de la lutte acharnée dans laquelle est engagée son équipe pour l’une des dernières places disponibles pour les séries éliminatoires, Claude Julien a le niveau de patience plutôt faible.

Après avoir vu son équipe être limitée à un seul but, samedi contre les Penguins, l’entraîneur du Canadien a choisi d’apporter quelques modifications à ses trios en permutant Jonathan Drouin et Paul Byron.

Ainsi, face aux Kings, Drouin devrait se retrouver à la gauche de Jesperi Kotkaniemi et Joel Armia, alors que Byron devrait former une unité avec Max Domi et Andrew Shaw.

«Tu souhaites toujours garder tes trios le plus stables possible, mais c’est difficile de les garder intacts durant toute une saison. À un moment donné, tu fais de petits changements et ça redonne de l’énergie à certains joueurs», a-t-il indiqué.

Un peu plus tard au cours du point de presse, on a compris que «certains» désignait, entre autres, le numéro 92.

«La raison principale est qu’à un moment donné, on a vu le trio de Domi marquer beaucoup de points contre Detroit. Mais après, ça a été limité, a expliqué Julien. C’est à moi de garder les gars au bon niveau et faire les changements pour leur redonner de l’énergie.»

Recherche de constance

Au cours de ses 12 derniers matchs, Drouin a récolté 11 points. Ce qui, à première vue, est excellent. Le problème, c’est que ces points ont été répartis sur seulement trois matchs (deux joutes de quatre points et une de trois).

«La constance dans mon jeu, c’est quelque chose que je devrai améliorer lors des prochaines saisons. Je préférerais inscrire un point de façon régulière plutôt qu’en avoir quatre dans le même match, a souligné l’ailier gauche. J’ai 23 ans, alors ce sont des choses que je continue à apprendre.»

Cela dit, il n’y a pas de mal à se retrouver aux côtés d’Armia et, surtout, de Kotkaniemi. La recrue finlandaise a pris du galon depuis que Julien les a séparés, Drouin et lui, après le troisième match de la saison.

«Ça avait bien été au début de l’année. On avait obtenu des occasions de marquer. Contre Toronto, entre autres, on avait très bien joué, mais la rondelle n’avait pas voulu entrer», a rappelé Drouin.

«Il [Kotkaniemi] n’en est plus à sa première semaine dans la LNH. Il commence à être habitué. C’est un joueur intelligent qui a un très bon lancer. Je ne vois pas pourquoi ça ne marcherait pas», a-t-il ajouté.