Crédit : Facebook

LHJMQ

La vie est si fragile

La vie est si fragile

Mikaël Lalancette

Publié 04 mars
Mis à jour 04 mars

Triste jour que ce 3 mars 2019.

Alec Reid, un jeune joueur de 18 ans de l’Armada de Blainville-Boisbriand, est décédé dans les dernières heures.

Le jeune homme était suivi médicalement pour l'épilepsie. Il n'avait pas joué de match depuis le 19 février.

Ses parents et ses proches sont éplorés. Je profite de cette tribune pour leur envoyer mes plus sincères sympathies.

L’onde de choc a été totale dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, sa deuxième famille.

L’Armada, les Voltigeurs et les Tigres, les trois équipes auxquelles il aura été associé dans le hockey junior, ont encaissé le choc. Des jeunes joueurs dans la fleur de l'âge qui perdent un des leurs.

L’élan de solidarité est venu de partout : les partisans, les familles, les entraîneurs, les préposés à l’équipement, les journalistes et j’en passe.

Les dirigeants de l’Armada ont été submergés. Ils n’oublieront pas de sitôt cette journée du 3 mars 2019.

J’ai eu une pensée pour les gens du Titan d’Acadie-Bathurst. Il y a un peu plus de cinq ans, Jordan Boyd mourrait lui aussi en cours de saison. Un problème cardiaque lui a enlevé la vie en début de camp d'entraînement. Une terrible nouvelle. Le genre de catastrophe dont on ne se remet pas facilement.

Les circonstances étaient complètement différentes, mais elles nous placent devant le même constat : la vie est si fragile.

Chez l’Armada, la consternation est totale. L’équipe est tombée en gestion de crise, mais les émotions ont pris le dessus. Leurs dirigeants, de fiers compétiteurs, ont pleuré.

Blainville-Boisbriand a perdu un fils et un frère.

L’entraîneur-chef de l’équipe, Bruce Richardson, est ébranlé. Il connait Alec Reid depuis trois ans, pour l’avoir dirigé dans les rangs juniors à Boisbriand et au niveau midget à Châteauguay.

«C’est le jour le plus difficile de ma carrière d’entraîneur, a-t-il réagi. J’ai perdu un vrai soldat, un guerrier que j’ai eu la chance et le privilège de diriger lors des trois dernières années. Merci d’avoir donné le meilleur de toi-même tous les jours. Tu as été un bon jeune à diriger. Alec, tu ne seras jamais oublié.»

Les hommages pour Alec Reid sont venus d’un peu partout.

Toutes les équipes de la LHJMQ ont réagi.

Tant ses amis que ses adversaires, tous renversés par ce départ soudain et injuste.

Il y en a eu des centaines, des milliers.

Une publication Facebook m’a soufflé.

Une copine d’Alec lui a rendu un dernier hommage d’une façon bouleversante.

Les mots de Rose Brunelle résonneront pour toujours.

Je suis bouleversé par tant de profondeur.

À un si jeune âge.

Me rappelant que la vie est si fragile...

Et qu'on ne devrait jamais l'oublier.