JiC

Décès d'Alec Reid: «Une onde de choc» - Bruce Richardson

Publié | Mis à jour

Personne ne s’attendait à ça. Personne ne s’attendait à apprendre le décès du joueur de l’Armada de Blainville-Boisbriand Alec Reid, dimanche. Un événement d’une tristesse incommensurable qui laissera assurément des cicatrices.

Et l’entraîneur de l’Armada, Bruce Richardson, ne sera pas une exception.

«Ç’a été probablement la pire journée de ma jeune carrière d’entraîneur, a souligné Richardson, lundi, lors de l’émission JiC sur les ondes de TVA Sports. Il n’y a pas d’école pour coacher, il faut que tu y ailles avec tes émotions. La première chose que j’ai faite, c’est d’appeler mon DG, Joël Bouchard, Mario Marois, qui ont communiqué avec Québecor et on a mis un plan en place. L’important là-dedans, ce sont les joueurs et il faut encadrer et soutenir les joueurs. C’était leur chum, c’était leur frère, ils allaient à la guerre ensemble.

«[...] Il faut célébrer la vie d’Alec. J’ai été privilégié d’avoir dirigé (Alec). C’est le message qu’on a envoyé aux joueurs.»

Richardson a raconté comment il a appris la terrible nouvelle.

«J’ai été le premier à recevoir l’appel de son père, Luc, a-t-il confié. Hier, c’était une journée de congé pour tout le monde. À 8h00, mon téléphone a sonné et c’était le père d’Alec. Il m’a dit qu’Alec m’aimait et me respectait et puis là, je ne reconnaissais pas le numéro de téléphone et je ne comprenais pas.

«Il m’a dit qu’Alec était décédé suite à des complications. Ma femme était à côté de moi et ç’a été une onde de choc. Il y a plein de choses qui te passent par la tête.»

À voir dans la vidéo ci-dessus.