Penguins c. Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens

«On s’est creusé un trou» - Claude Julien

Publié | Mis à jour

Claude Julien a assez d’expérience pour bien gérer ses émotions. Il n’avait pas envie de s’éterniser derrière son lutrin dans la salle de conférence, mais il restait calme pour expliquer ce revers de 5 à 1.

À ses yeux, le pointage n’était pas révélateur de l’allure de cette rencontre. Mais le résultat reste le même. Le CH a perdu une occasion de distancer un peu les Penguins pour l’une des deux places permettant d’accéder aux séries. Le Canadien étant dans la course, cette rencontre avait une grande importance.

«On s’est creusé un trou en partant, mais je trouvais qu’on avait quand même de l’énergie, a noté Julien. En deuxième période, on a poussé fort sans réussir à marquer assez souvent. Les Penguins ont joué une bonne troisième.»

«Quand tu as un gars comme Sidney Crosby de l’autre côté, l’un des meilleurs joueurs au monde, ce n’est jamais facile, a-t-il continué. Il a transporté l’équipe sur ses épaules.»

Un monstre à deux têtes

Il y a toujours un dilemme contre les Penguins. Crosby ou Evgeni Malkin ? Julien a fait confiance à Jordie Benn et à Jeff Petry contre l’unité de Crosby, laissant Victor Mete et Shea Weber contre Malkin.

Julien a expliqué son choix après la rencontre.

«Petry et Benn formaient un bon duo avant ce soir. Benn a connu un match difficile, mais avant la visite des Penguins, je dirais qu’ils étaient mon meilleur duo. C’est pour cette raison que j’ai choisi de les utiliser contre le trio à Crosby. Malkin a un gros gabarit et j’aimais la confrontation avec Weber. C’était notre idée derrière ça.»

À l’attaque, Phillip Danault, Tomas Tatar et Brendan Gallagher ont obtenu la majorité des présences contre le 87 des Penguins.

Trop fort

«Sid est un excellent joueur, a mentionné Danault. Il a été bon, comme d’habitude. Il est puissant, il est fort dans les coins et il profite de ses chances.»