Crédit : Dale Zanine-USA TODAY Sports

MLS

MLS: les mêmes candidats dans l'Est

Publié | Mis à jour

Plus ça change, plus c’est pareil dans l’Association Est. On devrait encore une fois voir les Red Bulls de New York, l’Atlanta United et le New York City FC se battre pour les trois premières positions.

Derrière eux, la lutte est ouverte et plusieurs équipes vont prétendre aux quatre autres places qui donnent accès aux séries.

Dans tout ça, l’Impact devrait obtenir son billet pendant que d’autres équipes risquent d’avoir encore des difficultés.

Orlando, malgré de gros efforts, va sans doute encore patauger alors que Philadelphie risque de se faire doubler par la compétition. Et que dire de Toronto où plus rien ne semble aller.

Étrangement, les équipes de l’Est n’ont pas autant progressé que d’habitude pendant la saison morte et tout le monde se retrouve plus ou moins au même point que la saison dernière.

Cette saison devrait offrir une belle course aux séries, autant pour les équipes qui vont lutter au sommet que pour celles qui vont se battre pour les dernières places disponibles.

ATLANTA UNITED FC

Arrivées notables : Brek Shea (D/M), Pity Martinez (M), Florentin Pogba (D)

Départs notables : Miguel Almiron (M), Tata Martino (entraîneur), Sal Zizzo (D), Greg Garza (D), Chris McCann (D/M)

La formation de la Géorgie a remporté la coupe MLS dès sa seconde saison et personne n’a été réellement surpris tant cette équipe a été bien bâtie, mais voilà que l’un des architectes, Tata Martino, est parti diriger la sélection mexicaine et les «cinq rayures» ont aussi perdu la pépite qu’est Miguel Almiron, parti à Newcastle en Premier League. Cependant, c’est une équipe si bien construite, qui compte toujours sur la machine à marquer qu’est Josef Martinez, qu’on l’imagine mal ne pas être encore dans le peloton de tête de l’association et de la ligue.

FIRE DE CHICAGO

Arrivées notables : Fabian Herbers (A), Marcelo (D), Przemyslaw Frankowski (M), Amando Moreno (D), David Ousted (G)

Départs notables : Alan Gordon (A), Brandon Vincent (D), Michael de Leeuw (A), Luis Solignac (A), Yura Movsisyan (A), Matt Polster (D)

Voilà une formation qui est difficile à cerner. Du troisième rang en 2017, elle a chuté à l’avant-dernier l’an passé sans qu’il y ait eu d’énormes changements dans l’alignement. On sent que Bastian Schweinsteiger a certainement ralenti et n’a peut-être pas eu l’impact désiré, du moins pas celui qu’a eu Wayne Rooney chez le D.C. United. Qui plus est, on l’a utilisé comme arrière central par moments l’an passé, une décision plutôt étrange. Il est donc difficile de déterminer ce que fera le Fire cette saison, mais avec un alignement qui ne s’est pas amélioré de façon distincte, difficile de le voir se battre pour une place en séries.

FC CINCINNATI

Arrivées notables : Fanendo Adi (A), Fatai Alashe (M), Darren Mattocks (A), Eric Alexander (M), Greg Garza (D), Kendall Waston (D), Victor Ulloa (M), Leonardo Bertone (M), Mathieu Deplagne (D), Alvas Powell (D), Allan Cruz (M), Nick Hagglund (D), Kekuta Manneh

Si Chicago est difficile à cerner, c’est le noir total en ce qui concerne Cincinnati, une équipe d’expansion. On sait néanmoins que l’attaque devrait être potable avec Fannendo Adi et Darren Mattocks. Défensivement, ça devrait aussi être relativement correct avec Kendall Waston, Greg Garza et Nick Hagglund alors qu’en milieu de terrain, ça semble un peu plus flou.

Comme c’est souvent le cas avec les équipes d’expansion, c’est dans la profondeur qu’on doit émettre des doutes. Cincinnati risque de suivre la même courbe que le Minnesota, c’est-à-dire une intégration progressive plutôt que le départ canon privilégié par les formations comme Atlanta et New York City.

CREW DE COLUMBUS

Arrivées notables : Joe Bendik (G), Robinho Barbosa (M), Waylon Francis (D)

Départs notables : Mike Grella (M), Cristian Martinez (M), Adam Jahn (A)

Chez le Crew, on a privilégié la stabilité alors que le noyau de joueurs est demeuré intact, toujours articulé autour de l’excellent gardien Zack Steffen, des milieux Federico Higuain, Will Trapp et Justin Meram, de même que l’attaquant Gyasi Zardes. Et défensivement, il n’y a pas de faiblesse dans la muraille de la formation en jaune et noir. Le principal départ est celui de l’entraîneur-chef, Gregg Berhalter, qui dirige maintenant la sélection américaine et c’est là que se posent les plus grandes questions quant à cette équipe. Mais il y a un vent de renouveau, l’avenir à Columbus est assuré avec un nouveau groupe de propriétaires et on peut s’attendre à ce que le Crew bataille encore en milieu de peloton avec sa formule éprouvée.

D.C. UNITED

Arrivées notables : Earl Edwards Jr. (G), Lucas Rodriguez (M), Chris Seitz (G), Leonardo Jara (D), Chris McCann (D/M)

Départs notables : Taylor Kemp (D), Kofi Opare (D), Yamil Asad (M), Darren Mattocks (A), Travis Worra (G), David Ousted (G)

D.C. a connu une fin de saison fulgurante qui a fini par avoir raison de la remontée de l’Impact qui n’était pas si mal elle aussi. Wayne Rooney a complètement transfiguré cette équipe quand il est arrivé au milieu de l’été avec ses 12 buts et 7 passes en 20 rencontres. Il a bien failli perdre son principal complice, Luciano Acosta, qui est venu à un cheveu de signer au Paris St-Germain en janvier. Tout le monde a certainement retenu son souffle dans la capitale américaine. On peut donc penser qu’avec un alignement épuré et drôlement efficace, D.C. devrait être bien en selle pour une place en séries sans avoir à faire une folle remontée dans les trois derniers mois de la saison.

IMPACT DE MONTRÉAL

Arrivées notables : Harry Novillo (M/A), Maximiliano Urruti (A), Orji Okwonkwo (A), Zachary Brault-Guillard (D), Clément Bayiha (M/D), Daniel Kinumbe (D)

Départs notables : Rod Fanni (D), Quincy Amarikwa (A), Michael Salazar (A), Matteo Mancosu (A), Chris Duvall (D), Alejandro Silva (M), Michael Petrasso (D), Jeisson Vargas (M)

Le plus gros atout de l’Impact demeure son personnel d’entraîneurs et, bonne nouvelle, celui-ci est désormais acclimaté à la MLS et pourra partir en même temps que tout le monde, la courbe d’apprentissage ayant été surmontée. Défensivement, ça devrait tenir malgré le départ de Rod Fanni, chez les milieux défensifs, pas trop d’inquiétude non plus. C’est dans le secteur de l’attaque qu’on doit se poser des questions. Il n’y a pas encore de véritable milieu offensif axial, un bon vieux numéro dix. On a toutefois fait le ménage chez les attaquants et il faudra attendre un peu avant de porter un jugement. On se questionne encore quant à la profondeur du groupe, mais le Bleu-blanc-noir devrait néanmoins se tailler une place en séries s’il parvient à connaître un bon départ.

REVOLUTION DE LA NOUVELLE-ANGLETERRE

Arrivées notables : Edgar Castillo (D), Juan Fernando Caceido (A), Carles Gil (A), DeJuan Jones (M)

Départs notables : Chris Tierney (D), Claude Dielna (D), Kelyn Rowe (M)

Il y a de ces formations qui sont énigmatiques, qui flirtent toujours avec les séries et le bas du classement sans qu’on comprenne exactement pourquoi. Les Revs en font partie. Ni bons ni mauvais, ceux-ci vivotent et causent des surprises ici et là tout en décevant en d’autres moments. Il y a du bon dans cet alignement, mais il y a aussi beaucoup d’anonymat, de joueurs interchangeables. N’empêche que les Revs vont sans doute encore une fois lutter jusqu’au dernier mois pour tenter de dénicher une place en séries. Ou peut-être pas.

NEW YORK CITY FC

Arrivées notables : Tony Rocha (M), Keaton Parks (M), Juan Pablo Torres (M), Alexandru Mitrita (A)

Départs notables : Davis Villa (A), Tommy McNamara (M), Rodney Wallace (M), Yangel Herrera (M), Saad Abdul-Salaam (D), Jo Inge Berget (A), Cedric Hountondji (D)

Malgré ses 37 ans, David Villa était toujours réglé comme une horloge suisse encore la saison dernière avec ses 18 buts et 8 passes en 30 matchs.

L’attaquant espagnol a inscrit pas moins de 77 buts et 26 passes en 117 rencontres sur quatre saisons en MLS. Pas besoin de dire que son départ pour le Japon laisse un trou béant qu’Alexandru Mitrita devra combler.

Pour le reste, c’est une formation qui mise sur la stabilité à tous les postes avec de petits ajustements, sans plus. On peut donc s’attendre à ce que l’équipe en bleu poudre soit encore aux trousses d’Atlanta et des Red Bulls pour le sommet de l’Association Est.

RED BULLS DE NEW YORK

Arrivées notables : Amro Tarek (D), Marcus Epps (M), Mathias Jorgensen (A), Sean Nealis

Départs notables : Tyler Adams, (M), Aurélien Collin (D), Carlos Rivas (A), Tommy Redding (D), Hassan Ndam (D), Anatole Abang (A)

Peu de changement chez les Taureaux qui ont terminé au premier rang de la MLS la saison dernière avant de tomber au combat en séries, comme c’est trop souvent le cas.

Il y a tout de même un départ qui risque de laisser un certain trou en milieu de terrain puisque le surdoué Tyler Adams, 19 ans seulement, est parti poursuivre sa carrière avec le frère RB Leipzig de la Bundesliga allemande. Sinon, comme plusieurs autres formations de l’Est, les Red Bulls ont privilégié la stabilité, ce qui n’est pas bête puisque l’équipe se maintient dans le trio de tête de l’association année après année, et rien n’indique que les choses vont changer en 2019.

ORLANDO CITY SC

Arrivées notables : Tesho Akindele (A), Joao Moutinho (D), Greg Ranjitsingh (G), Sebastian Mendez (M), Danilo Acosta (D), Ruan (D), Nani (A), Brian Rowe (G)

Départs notables : Joe Bendik (G), Richie Laryea (M), Jonathan Spector (D), Donny Toia (D), Jose Villareal (M), Victor Giro (D/M), Mohamed El-Munir (D), Amro Tarek (D), Tony Rocha (M), Yoshimar Yotun (M), RJ Allen (D)

Orlando est arrivé en MLS avec de très grandes aspirations après avoir eu beaucoup de succès en USL. Pourtant, l’équipe du centre de la Floride a été incapable de franchir le pas et se bat avec elle-même depuis. Ce n’est pas par manque de volonté, mais le gâteau ne lève tout simplement pas parce que la recette n’est pas à point. Et rien n’indique que les Lions vont connaître un sort différent cette année parce qu’il n’y a pas de leader clair au sein de cet effectif.

UNION DE PHILADELPHIE

Arrivées notables : Sergio Santos (A), Aurélien Collin (D), Carlos Miguel Coronel (G), Kai Wagner (D), Marco Fabian (M)

Départs notables : Josh Yaro (D), Marcus Epps (M), Adam Najem (M), Borek Dockal (M), Fabian Herbers (M), Keegan Rosenberry (D)

Un peu comme Orlando, l’Union se cherche beaucoup. L’équipe de la Pennsylvanie est toujours à un joueur ou deux d’avoir plus d’éclat, ce qui ne l’a pas empêchée de se tailler une place en séries la saison dernière.

Il y a donc du bon au sein de cet alignement, comme le gardien Andre Blake, l’un des meilleurs de la MLS. Jim Curtin mène bien sa barque à la barre de l’équipe et sait tirer le meilleur de l’effectif qu’il a sous la main. C’est pourquoi l’Union risque encore une fois d’être un adversaire de l’Impact dans la lutte pour une place qui donnera accès au tournoi automnal de la ligue.

TORONTO FC

Arrivées notables : Nick DeLeon (M), Laurent Ciman (D), Terence Boyd (A), Quentin Westberg (G)

Départs notables : Sebastian Giovinco (A), Victor Vazquez (M), Tosaint Ricketts (A), Clint Irwin (G), Nick Hagglund (D)

Après des années fastes, les Reds risquent fort de manger leur pain noir cette année. Difficile de lutter à armes égales quand Victor Vazquez et Sebastian Giovinco, les deux principales armes offensives de l’équipe, partent coup sur coup pendant le camp préparatoire pour suivre la route de l’argent.

Il y a bien Alex Bono qui fait du bon boulot dans les buts, mais la défensive demeure, au mieux, suspecte pendant que l’attaque est dégarnie en s’appuyant sur un Jozy Altidore trop souvent blessé. Si Michael Bradley avait des cheveux, il se les arracherait sans doute.