Crédit : AFP

Paul Rivard

Le centenaire de Roger

Le centenaire de Roger

Paul Rivard

Publié 02 mars
Mis à jour 02 mars

Le plus grand joueur de tennis de tous les temps est maintenant centenaire.

Roger Federer est, depuis le 2 mars 2019, âgé de 100 titres de tennis dans sa vie professionnelle. Oui, 100 TITRES, un autre fleuron à ce palmarès bien déjà garni de 20 titres du Grand Chelem, un record, et de près de 1100 matchs remportés.

Mais attendez, me direz-vous. Jimmy Connors le devance dans deux de ces trois catégories. Et je qualifie Roger Federer du titre de «meilleur de l’histoire»?

Objection retenue. Mais seulement parce qu’elle ouvre la porte à un petit débat à la fin de ce texte. Débat où je resterai sur mes positions, bien sûr...

Le «Fed Express» survole Dubai

Dans cette ville de la péninsule arabique, où il possède une de ses résidences, Roger Federer vient de remporter son huitième titre. Oui, huit. Seul Novak Djokovic l’approche avec quatre.

Roger Federer a survolé ce tournoi, incluant la finale face à un de ces jeunes loups qui pourrait éventuellement devenir numéro un mondial d’ici deux ans, Stefanos Tsitsipas (6-4, 6-4).

Et, diplomate comme jamais, le Suisse a trouvé le moyen de dire que cette huitième conquête n’avait pas été facile, avec de durs rivaux tout au long de son parcours.

Allons donc. J’ai vu tous ces matchs, et à part les deux premiers où il a cédé une manche à Philipp Kohlschreiber et Fernando Verdasco, il a été impérial face à Marton Fucsovics, Borna Coric et Stefanos Tsitsipas qui ont été incapables de l’inquiéter.

Et... oui, il a bien 37 ans et demi.

Roger ou Jimbo?

Si on calcule la grandeur et la renommée d’un joueur de tennis à son nombre de titres du Grand Chelem – et c’est, je crois, la mesure étalon – alors Federer est le plus grand. Le «Maître» en revendique 20, soit trois de plus que Rafael Nadal, cinq de plus que Novak Djokovic, six de plus que Pete Sampras, etc... etc... Jimmy Connors est loin derrière avec huit conquêtes, à égalité avec Ivan Lendl et Andre Agassi

Mais si on établit le palmarès à partir des victoires et des titres, toutes époques confondues, alors Connors est devant avec 109 titres et 1256 victoires contre 100 titres et 1188 victoires pour Federer.

«Jimbo», toutefois, a étendu sa carrière professionnelle sur une période de 26 ans tandis que Roger en est à sa 21e année.

Une note ici. Au cours des années 2016, 2017 et 2018, Federer a fait l’impasse sur les saisons de terre battue ce qui l’a privé de plusieurs occasions d’améliorer ses statistiques. En analysant les 10 années qui précèdent cette «relâche», soit entre 2006 et 2015, on note que Federer a disputé 170 matchs sur cette surface pour une fiche de 137 victoires contre 33 défaites. Il a remporté quatre tournois, de surcroit.

On sait tous que la terre battue n’est toujours pas sa tasse de thé et un seul de ses 20 titres du Grand Chelem est survenu sur l’ocre de Paris. Mais il reste que Federer a conservé, grosso modo, une moyenne de 13-3 sur terre battue, chaque année, pendant cette décennie. Toute extrapolation étant du domaine de la pure spéculation, on peut dire (tout en restant prudent) qu’il aurait pu améliorer son palmarès d’une bonne dizaine de victoires par année sur la terre battue, ce qui donnerait bien 30 victoires de plus. On peut même penser à deux ou trois titres supplémentaires.

Ça réduit un peu l’avantage de Connors... mais l’Américain reste bien devant, tout de même.

Il nous reste maintenant à argumenter sur la valeur de chaque joueur selon l’époque, selon le style de tennis, selon la valeur des adversaires, etc... etc...

Et là, ça demandera encore plusieurs paragraphes.

Nous pourrions en arriver au même débat que dans le hockey lorsqu’on tente de comparer Maurice Richard, Guy Lafleur et Mike Bossy, Wayne Gretzky et Sidney Crosby. Peut-on comparer les Wilt Chamberlain, Michael Jordan et LeBron James au basketball?

En effet. Restons-en là.

En guise de conclusion, le fait de voir jouer Federer reste un privilège et espérons qu’il puisse repousser encore l’âge de la retraite. Si Jimmy Connors a quitté la compétition à l’âge de 44 ans, il pourrait nous rester en théorie, quatre ou cinq bonnes années de spectacle «féderesque». Et pendant cette période, il pourrait avoir le temps de combler l’écart qui le sépare du sommet de tous les palmarès tennistiques.

Celui des hommes, bien sûr.

Car disons qu’il aurait de la difficulté à rattraper les 167 titres et 1661 matchs remportés de Martina Navratilova.