.dtc-user-dropdown { display:none !important; }

Canadiens

Les Canadiens étourdis par Sidney Crosby

Publié | Mis à jour

Les partisans des Penguins sont nombreux à Montréal. Ils ont toujours eu un attachement particulier avec Sidney Crosby. Une histoire d’amour qui s’est amorcée lors de ses beaux jours avec l’Océanic de Rimouski.

Le capitaine des Penguins a fait des heureux en offrant toute une performance, ce qui a rarement été son habitude au Centre Bell.

Une seule fois en 17 rencontres, l’attaquant vedette avait inscrit trois points au cours d’une même rencontre à Montréal. Samedi, il a fait encore mieux. En plus d’ouvrir le pointage dès la 21e seconde, Crosby s’est fait complice des trois buts suivants de son équipe. C’était le 32e match de quatre points de sa carrière.

La table était mise pour un gain de 5 à 1 des Penguins.

Cette défaite face à un rival direct dans la course aux séries éliminatoires pourrait coûter cher au fil d’arrivée pour la troupe de Claude Julien.

Les Blue Jackets se sont fait surprendre par les Oilers, alors que les Hurricanes ont vaincu les Panthers.

Ce matin, le Canadien s’accroche toujours au premier rang des équipes repêchées. À égalité à 77 points avec les Penguins, il devance les Blue Jackets par deux points.

Longue soirée en vue

On disait donc que Crosby avait secoué les cordages après 21 secondes. Evgeni Malkin et Jake Guentzel ont ajouté à l’avance des visiteurs avant le milieu du premier vingt. Trois buts accordés par Carey Price sur quatre lancers. Disons que sur le troisième, le gardien du Canadien avait déjà mieux paru.

«Ce n’est jamais une situation idéale de regarder le tableau indicateur et de constater que tu as accordé trois buts sur quatre lancers. Ce sont des choses qui arrivent. Tu dois te secouer et être prêt à affronter le prochain tir», a indiqué Price.

Dès lors, on s’attendait à une longue soirée. Sans compter que les Penguins ont ouvert la machine au deuxième tiers avec 16 tirs au but.

Deux fois Price a dû se dresser devant un adversaire parvenu devant lui en échappée, ayant le meilleur sur Guentzel et Zach Aston-Reese.

Manque de finition

Finalement, c’est ce début de match chaotique qui aura fait la différence puisque, pour le reste, le Tricolore n’a pas disputé un mauvais match. Actif pour un deuxième soir de suite, tout comme les Penguins, les locaux ont chèrement vendu leur peau, même après que Guentzel a ajouté un deuxième but pour faire 4 à 0.

«Si on avait pu couper leur avance de moitié, avec tout le temps qui restait au tableau, ça aurait pu faire une grosse différence», a lancé Brendan Gallagher, auteur du seul but du Tricolore, inscrit moins d’une minute après le quatrième des Penguins.

Ils ont tenté de ralentir leurs rapides rivaux avec plusieurs mises en échec. Ils ont également obtenu leurs parts d’occasions de marquer.

Encore une fois, le trio de Jonathan Drouin, Max Domi et Andrew Shaw a fait des étincelles, passant une bonne partie de la rencontre en territoire ennemi. Contrairement aux Penguins, ils ont manqué de finition.

Même chose pour Shea Weber, qui a mis plus souvent à l’épreuve la baie vitrée derrière le filet des Penguins que Matt Murray, et pour Paul Byron, stoppé en échappée.

Brendan Gallagher n’est plus qu’à un but d’atteindre le plateau des 30 pour une deuxième saison de suite.