Canadiens

Marc-André Bergeron prêt à aider le CH

Publié | Mis à jour

Marc-André Bergeron part officiellement en mission. L’ex-défenseur des Canadiens de Montréal a le mandat de dénicher une équipe de hockey pour le futur Colisée de Trois-Rivières.

En entrevue à l’émission «Les Partants», à TVA Sports, le Trifluvien de 38 ans a déjà lancé des premières lignes à l’eau, téléphonant même à son ancienne organisation pour proposer d’y installer sa filiale de l’ECHL.

 «J’ai commencé à entreprendre des démarches, mais on s’entend que mon entente a commencé il y a deux jours. Je suis vraiment dans les préliminaires», a précisé l’ancien numéro 47 des Canadiens, qui a inscrit 34 points en 60 rencontres avec le CH en 2009-2010.

Le Tricolore n’a pas de club-école dans cette ligue, cette saison, depuis la fin de son association avec le Beast de Brampton, mais maintient un partenariat avec cette organisation ainsi que les Mariners du Maine.

Cependant, les deux camps n’ont pas eu de discussions avancées sur le sujet. Bergeron a simplement relaté l’intérêt de la Ville à rencontrer le propriétaire du Club de hockey Canadiens, Geoff Molson.

«Présentement, la Ville de Trois-Rivières doit regarder toutes les possibilités. On ne s‘arrête pas à une ligue en particulier. Il faut parler à de futurs investisseurs pour éventuellement prendre la meilleure décision possible.

«On veut être des facilitateurs.»

Bergeron rencontrera l’organisation des Cataractes de Shawinigan, dans la LHJMQ, au cours de la prochaine semaine.  L’inauguration de l’amphithéâtre est prévue pour août 2020.

Prêt à aider le CH

Lorsqu’il a endossé la Sainte-Flanelle, Bergeron était un pilier sur l’attaque massive. En effet, 22 de ses 34 points récoltés étaient sur l’avantage numérique, dont sept buts.

Sachant que le Tricolore est l’une des pires formations à 5 contre 4, serait-il prêt à offrir ses services?

«Si le Canadien fait appel à mes services, j’aimerais ça participer!», a-t-il prévenu.

«J’ai déjà été conseiller en avantage numérique pour des équipes de junior et en Europe. C’est un travail que j’apprécie.»

Selon lui, un gardien exceptionnel n’est pas la seule clé du succès, atout dont se vantent souvent les stratèges du Bleu-blanc-rouge.

«Plus la saison avance, c’est la même histoire en fin de saison et en séries: si tout gardien arrête tout, t’es presque imbattable. Si ton avantage numérique et ton désavantage fonctionnent, c’est la façon de gagner.»

«Plus ça avance, plus les équipes sont de force égale, plus ça devient difficile de marquer des buts. Tes chances de marquer se présentent donc avec l’homme en plus», a-t-il analysé.