JiC

Le moment de vérité

Publié | Mis à jour

À un peu plus de 24 heures du début de la saison 2019 en MLS, l’entraîneur de l’Impact, Rémi Garde, apparaît tout à fait serein.

Le technicien français, qui en sera à une deuxième saison à la barre du bleu, blanc et noir, est encouragé par le solide travail des ses ouailles durant le camp d’entraînement de l’équipe. Mais il sait très bien que les matchs préparatoires, où l’Impact a brillé ces dernières semaines, et la saison régulière, ce sont deux réalités très différentes.

«On a très envie de passer à l'oeuvre, les joueurs ont bien travaillé, le camp a été bon, a-t-il expliqué, vendredi, en entrevue à JiC. Maintenant, la vérité, c'est le championnat. Même si on est prêts pour ca, ce sera une autre vérité quand même.»

Ce fut un refrain souvent répété au cours des derniers jours : il importera, pour l’équipe, de connaître un meilleur début de saison que l’an dernier. En 2018, les insuccès de l’équipe au printemps sont venus lui faire particulièrement mal à l’automne, alors qu’elle a raté de peu les éliminatoires.

«Personne n'a envie de revivre la situation dans laquelle on s'est trouvés, l'an dernier, après 13 matchs, a-t-il souligné. Sur les neuf premiers, il y en aura huit sur la route, donc un homme averti en vaut deux.»

«La confiance et les repères qui habitent le groupe aujourd'hui sont plus élevés que les standards qu'on avait l'an dernier à la même époque», a-t-il également observé.

Sagna, le meneur d’hommes

L’Impact n’a pas été en mesure de renouveler le contrat du défenseur Rod Fanni durant la saison morte. Le vétéran arrière français était l’un des leaders dans le vestiaire et en son absence, c’est Bacary Sagna, un autre défenseur à la longue feuille de route qui est appelé à jouer le rôle de meneurs d’hommes.

«Le départ de Red était un lourd héritage en termes de leadership parce qu'il était aimé de tout le monde dans le vestiaire, a admis Garde. On a basculé sur autre chose. Comme toujours, quand il y a des absents, des changements, il y a des têtes qui émergent, celle de Bacary émerge tranquillement.»

«C'est une force tranquille, Bacary, ce n'est pas du faux, c'est du vrai, a-t-il poursuivi. C'est authentique et les autres le ressentent.»

Les attentes sont également élevées du côté des ailiers Orji Okwonkwo et Harry Novillo, deux joueurs amenés en ville pour dynamiser un peu plus le secteur offensif de l’Impact.

«Ce sont deux joueurs attaquants, qui peuvent évoluer principalement sur le côté droit, mais qui peuvent aussi évoluer dans l'axe, voire sur le côté gauche, a indiqué l’entraîneur. Orji est un joueur plus jeune : on a bénéficié de la relation étroite que Joey Saputo souhaite voir s'intensifier entre Bologne et l'Impact, donc le joueur est content de venir ici trouver un peu plus de temps de jeu. Il est arrivé tard durant le camp, son intégration est encore à peaufiner.»

Novillo, de son côté, «sera important pour l'équipe car il est capable de mettre des buts», a précisé Garde.

«Il a plus de qualités de finisseur qu'Alejandro Silva, c'est peut-être aussi là-dessus que je l'attends, mais j'ai confiance en lui.»

Voyez l’entrevue complète dans la v idéo ci-dessus.