NORDIC-SKI-MEN-CROSS-COUNTRY-RELAY

Crédit : AFP

Ski et planche

Alex Harvey : prêt pour le jour J

Publié | Mis à jour

SEEFELD, Autriche - Le temps est maintenant venu pour Alex Harvey de remettre en jeu, samedi en Autriche, la couronne de champion du monde du 50 km en style libre qu’il porte depuis deux ans.

Sous une pluie qui contrastait avec le ciel bleu de la semaine, le Québécois a apporté la dernière retouche à son bolide, vendredi, en effectuant le premier quart du relais 4 X 10 km dans lequel l’équipe canadienne a terminé 12e, à 7 min 5 s des champions norvégiens. Même si sa tâche s’effectuait en style classique, l’objectif consistait à retrouver l’esprit de compétition d’un peloton et à amener le corps à un niveau élevé après six jours sans course.

«C’est pour ça que je voulais courir aujourd’hui [vendredi]», a exprimé Harvey, qui venait de se hâter de rentrer à son appartement de location afin d’éviter un coup de froid.

«Même si j’ai fait de l’intensité hier (à l’entraînement de jeudi), ce n’est pas comme lorsque tu fais une course. J’avais besoin de ça, de mettre un dossard et de partir. C’est sûr que j’ai hâte de faire le 50 km. Mes deux meilleures chances ici étaient le 30 km et le 50 km. Après que le 30 km eut été terminé (6e rang, samedi dernier), je mettais toute mon attention vers le 50 km. J’ai hâte, ça va être cool.»

«Je me sentais bien»

Son investissement a duré 26 min 47 s. Malgré une technique en style classique, dont il ne s’explique pas le dérèglement depuis quelque temps, l’exercice du jour l’aura à tout le moins rassuré sur son niveau de forme. On l’a souvent vu imposer le rythme du cortège des 14 nations durant sa prestation. C’est cette lecture qui l’intéressait surtout, sachant que le style classique n’a rien à voir avec celui du pas de patin de l’épreuve de samedi.

«Je me sentais bien, je me sentais léger sur mes skis», a-t-il constaté.

Qui surveiller ?

À la veille de lancer ses mondiaux de ski de fond à Seefeld, Harvey projetait déjà que la parité observée par les résultats dans les épreuves en style libre, depuis le début de la saison, rendait le scénario ouvert pour le marathon de 50 km, comme il l’avait rarement été. Parmi les prétendants à son trône, il a revu vendredi le sérieux des trois médaillés du skiathlon de 30 km de samedi dernier, dans l’ordre le Norvégien Sjur Roethe, le Russe Alexander Bolshunov et le métronome norvégien, Martin Johnsrud Sundby.

Il faudra voir si l’illustre Johannes Hoesflot Klaebo, qui a détaché le Russe Sergey Ustiugov dans la dernière boucle de vendredi pour remporter sa troisième médaille d’or de ces Championnats, s’élancera au 50 km. La profondeur de la Norvège lui permettrait d’assigner plutôt Simen Hegstad Krueger ou Hans Christer Holund, respectivement champion olympique et médaillé de bronze au skiathlon de 30 km.

Avec l’excuse de ses jeunes 22 ans, Klaebo ne revendique qu’une seule expérience à un 50 km. C’était il y a un an à Oslo, où il était entré 40e. Mais le virtuose de Trondheim détonne tellement par son ascension fulgurante qu’on le devine capable des plus grands coups.

«Il a bien skié aujourd’hui [vendredi]. Il est léger et il est grand, ce qui l’avantage dans la neige molle. Je n’ai aucune idée s’ils vont le mettre ou non, mais aujourd’hui [vendredi], il m’a impressionné. À ses deux premiers tours (cramponné derrière Ustiugov), il donnait l’impression de se “prendre le beigne”, mais il a quand même réussi le meilleur temps du quatrième relais», a observé Harvey.

Le Québécois se souvient sans doute de sa journée magique d’il y a deux ans à Lahti en Finlande. Il sait que, parmi tous les princes, un seul roi sera proclamé.

Harvey en rajoute sur les réseaux sociaux

Deux jours après la descente policière à Seefeld qui a secoué la communauté internationale du ski de fond, Alex Harvey a repris son réquisitoire contre le dopage.

Sur son compte Twitter, trois heures avant de prendre le départ du relais 4 X 10 km, il a publié la photo qui circule sur les réseaux sociaux depuis le démantèlement d’un réseau de dopage sanguin. On y voit le skieur autrichien Max Hauke, visiblement décontenancé, alors que la police l’a surpris en pleine transfusion sanguine.

«Voilà à quoi ressemble le dopage. Honte à toi», a écrit le Québécois.

«Je ne me sens pas mal pour ce monde-là», nous a ensuite affirmé Harvey, qui habite durant les Championnats à proximité de l’hôtel où logeaient les skieurs autrichiens incriminés.

«Leurs visages sont maintenant partout dans le monde. C’est une partie de la punition», affirme-t-il.

Suspensions

La Fédération internationale de ski (FIS) a annoncé vendredi qu’elle suspendait provisoirement les cinq skieurs arrêtés dans le cadre d’une vaste opération policière, mercredi à Seefeld et à Erfurt, en Allemagne. Il s’agit des Autrichiens Max Hauke et Dominik Baldauf, des Estoniens Karel Tammjarv et Andrea Veerpalu et du Kazakh Alexey Poltoranin.

«Ce scandale a un impact négatif sur les disciplines nordiques», a commenté dans un communiqué le président de la FIS, Gian-Franco Kasper.

«Je me faisais des images dans ma tête, mais de le voir comme ça, ça n’a aucun sens. J’en ai quasiment des frissons. C’est comme surréaliste», a exprimé Harvey à propos de la vidéo diffusée par la chaîne de télé norvégienne NRK, sur laquelle on voit Hauke pris sur le fait par les policiers.