BILAN-DE-SAISON-DES-ALOUETTES

Crédit : Dominick Gravel/Agence QMI

Alouettes

Kavis Reed : «une véritable catastrophe», selon «JiC»

Publié | Mis à jour

Jean-Charles Lajoie en avait long à dire à propos du directeur général des Alouettes de Montréal, Kavis Reed, dans sa chronique quotidienne sur QUB radio.

Il lui reproche notamment sa gestion «abominable» du dossier au sujet du quart-arrière Johnny Manziel, libéré mercredi par les Alouettes.

«Sincèrement, Kavis Reed, le directeur général, le patron football des Alouettes, est absolument abominable. Un être ordinaire à part ça», a déploré l’animateur de l’émission «JiC» de la chaîne TVA Sports.

«À côté de cela, Marc Bergevin, c’est un prix Nobel», a-t-il renchéri.

À la demande de la Ligue canadienne de football, les «Moineaux» ont été forcés de libérer le quart-arrière américain et ancien récipiendaire du trophée Heisman en raison du non-respect d’une condition dans son entente avec la ligue.

Les Alouettes avaient payé le gros prix pour l’acquérir des Tiger-Cats de Hamilton en sachant que la transaction comportait un énorme risque.

«Kavis Reed va de mauvais gestes en mauvais gestes et voilà le résultat d’une transaction épouvantable commise il y a un peu moins d’un an», a analysé JiC.

«Cette équipe est morte»

En réponse à une question de Benoit Dutrizac à savoir si cette décision a «tué l’équipe», Lajoie n’a pas mâché ses mots.

«Ce n’est pas celle-là qui l’a tuée. Cette équipe est morte, elle ne respire plus. Elle est dans un coma végétatif profond. Cette équipe est sur un respirateur artificiel depuis quelques années maintenant et l’arrivée de Kavis Reed comme maître d’œuvre ou architecte est une véritable catastrophe.»

«JiC» a poursuivi en demandant à ce que Reed soit tout simplement mis à la porte.

«Il ne démissionnera pas. Il faut le mettre de dehors. Il aurait fallu le faire il y a plus d’un an maintenant. En fait, il n’aurait jamais fallu l’embaucher», a-t-il conclu.