Les Partants

Impact: «le jour et la nuit» par rapport à l'an dernier

Publié | Mis à jour

La présente ambiance qui règne au sein de l’Impact de Montréal est «le jour et la nuit» par rapport à l'an dernier, selon Daniel Lovitz.

Fébrile à l’idée d’amorcer le calendrier régulier samedi prochain à San Jose, le défenseur latéral se rappelle le défi d’adaptation que constituait le début de la saison 2018.

L’Impact avait alors subi une transformation durant la saison morte, échangeant son «Général» Laurent Ciman et embauchant un nouvel entraîneur-chef en Rémi Garde. À cela s'ajoutaient les départs du capitaine Patrice Bernier et du vétéran Hassoun Camara, qui accrochaient leurs crampons.

«Il y avait beaucoup de nouveaux visages dans plusieurs secteurs, que ce soit le personnel d’entraîneurs ou les joueurs, tout le monde essayait de faire sa marque et d’être sur la même longueur d’onde», a raconté Lovitz, jeudi, en entrevue à l’émission «Les Partants».

«Aujourd’hui, nous avons une bonne chimie et une bonne compréhension du circuit, et tout a été positif depuis le début. On sent que c’est vraiment différent.»

Dans ces circonstances, le Bleu-blanc-noir a hâte de voir comment se transposera cet esprit de corps sur le terrain lors du premier match, contre les Earthquakes. L’attente a été longue... peut-être un peu trop!

«Je sais que je parle pour les gars quand je dis qu’on est prêts à amorcer la saison, et que l’attente a semblé interminable», a mentionné Lovitz.

L’enthousiasme de Choinière

Lovitz n’avait que des bons mots à l’endroit de son jeune coéquipier Mathieu Choinière, qui a fait tourner les têtes durant le camp d’entraînement avec un tir ahurissant.

«Je m’attends à beaucoup de sa part. Je crois qu’il sera un morceau important de l’équipe. Je ne sais pas exactement quel sera son rôle sur la pelouse. Mais c’est clair qu’il joue avec de la passion et de l’énergie, et qu’il adore ce qu’il fait. Tu trouves un moyen d’envoyer ce genre de joueurs sur le terrain lorsque tu en as la chance.»

Le Québécois de 20 ans a été limité à 82 minutes de jeu la saison dernière, mais son rôle est appelé à croître.

«Je crois que cette année sera excellente pour lui, a ajouté Lovitz. Je sais que la première saison est toujours difficile, tu n’obtiens pas tout le temps les occasions que tu souhaiterais recevoir. Et on dirait que celles qui te sont données n'arrivent pas au bon moment.»

Voyez l'intégralité de l'entrevue avec Daniel Lovitz dans la vidéo ci-dessus.