Impact

Pantemis reste patient malgré l’envie de jouer

Publié | Mis à jour

ST. PETERSBURG – Le gardien James Pantemis n’a pas joué une seule minute depuis qu’il a signé son contrat avec l’Impact, le 13 novembre 2017.

Pantemis se retrouve coincé derrière le vétéran Evan Bush, qui vient de signer un contrat à long terme, et l’autre réserviste, Clément Diop.

Dans la même situation, Maxime Crépeau a fini par se tanner et est maintenant avec les Whitecaps de Vancouver.

Pantemis, 22 ans, a hâte de jouer, mais semble prêt à faire preuve de patience.

«Présentement, je crois que je travaille bien. Je suis content de ma présaison et je crois que le staff le voit et je suis confiant qu’ils vont prendre la bonne décision.»

Se prouver

Il tient le discours du parfait jeune joueur qui attend patiemment qu’une porte s’ouvre pour lui.

«C’est à moi de continuer à me prouver tous les jours, montrer que je suis capable de jouer, que je suis prêt.

«Jusqu’à maintenant, je suis content de ma situation, je continue à pousser et à montrer que la décision doit venir un jour pour me nommer numéro deux ou même me faire rentrer dans un match.»

Il espère tout de même qu’on pensera à lui pour les matchs du Championnat canadien. L’an passé, ces deux rencontres ont été confiées à Diop.

Progrès

Même s’il ne joue pas, Pantemis estime qu’il a progressé sur plusieurs points depuis un an.

«Si je compare à comment j’étais au début de l’année passée, avec le nombre d’heures de travail qu’on a fait, je dois avouer que c’était un peu difficile pour moi physiquement. J’étais plus fatigué après les entraînements.

«Avec tout le travail qu’on a fait dans le gym et sur le terrain, je crois que j’ai progressé beaucoup et j’ai vu ça quand je suis parti au tournoi de Toulon, j’étais confiant dans mon jeu, j’étais plus explosif dans mes sorties ou mes frappes.»

Il a aussi effectué un stage à Bologne cet hiver, ce qui lui a permis de se mesurer à une opposition différente et de voir une autre façon de travailler.

Pour cette saison, le gardien originaire de Kirkland dit ne pas être fermé à un prêt si cette possibilité se présente.

Pantemis note aussi qu’il profite grandement de l’expérience du personnel d’entraîneurs qui l’encadre.

Changement

Tout comme Bush et Diop, Pantemis doit s’habituer au nouvel entraîneur des gardiens, Rémy Vercoutre, qui a pris la relève de Joël Bats depuis que celui-ci est devenu l’adjoint direct de Rémi Garde.

Tout comme Bush l’a mentionné au début du camp, Pantemis soutient que les différences sont assez minimes entre les deux hommes.

«Il y a quelques différences parce que Rémy vient juste de finir sa carrière de joueur, il a une mentalité un peu plus moderne.

«Les exercices sont surtout les mêmes, avance-t-il. Ils ont la même mentalité, ils savent ce que ça prend pour atteindre un plus haut niveau parce qu’ils ont été là.»