Crédit : JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

LHJMQ

Ne parlez pas de record aux Huskies

Roby St-Gelais | Journal de Québec

Publié | Mis à jour

En ayant remporté leurs 19 dernières rencontres, les Huskies ne sont plus qu’à six victoires d’égaler le record de 25 appartenant à l’édition 1973-1974 des Éperviers de Sorel. Qu’à cela ne tienne, l’entraîneur-chef et directeur général Mario Pouliot ne veut pas en entendre parler !

«Ah oui, on est dans une séquence ! À part les journalistes qui m’en parlent, on n’en fait pas allusion. Les joueurs très rarement et moi, je n’en parle pas. Je ne connais aucunement les records et je ne veux pas les connaître», a lancé le vétéran pilote à la veille de la visite des Screaming Eagles du Cap-Breton à l’aréna Iamgold.

Pouliot a répété que sa troupe se concentre sur sa manière de jouer bien avant de songer à la chasse à ce record qui date de plus de quatre décennies.

Bonne chimie

«On se prépare pour les séries et tant mieux si on est dans une bonne séquence, mais notre objectif n’est pas en lien avec cette séquence. Il y a des aspects du jeu sur lesquels on veut continuer à s’améliorer», a assuré Pouliot, qui a rendu hommage à ses joueurs pour leur boulot dans les dernières semaines.

«La chimie dans le groupe est l’un de nos principaux atouts.»

En incluant le match contre Cap-Breton, il reste 11 parties à écouler au calendrier de la formation de l’Abitibi. Et à la lumière de leurs prochains matchs, seuls les Mooseheads et les Voltigeurs pourraient leur causer des ennuis.

Ils peuvent par ailleurs espérer également flirter avec le record de 122 points des Draveurs de Trois-Rivières de 1978-1979, mais même en terminant la campagne sans perdre de nouveau, il leur manquera un point pour rejoindre la défunte franchise trifluvienne au sommet.