UFC

«GSP» aurait aimé affronter Khabib Nurmagomedov

Publié | Mis à jour

Georges St-Pierre aurait bien voulu se mesurer au Russe Khabib Nurmagomedov, mais il n’était pas prêt à s’engager pour plusieurs combats.

«Je comprends que l’UFC [l'Ultimate Fighting Championship], c’est "une business"», a noté St-Pierre, expliquant que c’est plus intéressant pour une organisation de savoir qu’un combattant qui gagne est prêt à défendre son titre.

Or, le Québécois préférait y aller un combat à la fois et ce différend contractuel l’a influencé à annoncer sa retraite, jeudi, à Montréal.

«Ça faisait plusieurs semaines que mes agents essayaient d’organiser un combat contre Nurmagomedov, ç’aurait été un honneur pour moi de montrer dans la cage avec lui», a-t-il dit.

«Je me serais peut-être fait détruire par Nurmagomedov, a ajouté St-Pierre. Dans ma tête, j’aurais gagné, mais peut-être que j’aurais perdu et c’est peut-être une bonne chose pour moi que j’annonce ma retraite.»

St-Pierre a aussi mentionné que sa motivation n’était plus la même pour se battre.

«Quand tu n’as plus la même faim, c’est là qu’il faut que tu arrêtes, a-t-il mentionné. Je ne sais pas ce que je veux dans la vie, mais je sais ce que je ne veux pas et c’était de me retirer trop tard.»

Pour le moment...

Questionné à savoir s’il était encore possible un jour qu’il affronte Numagomedov dans un match d’exhibition, St-Pierre n’a pas complètement fermé la porte, mais il ne croit pas que ça va arriver.

«Pour moi, c’est terminé pour le moment», a-t-il indiqué avec le sourire.

Jeudi, Nurmagomedov avait publié un message en demandant à St-Pierre de retarder sa retraite pour l’affronter.

«Faisons-le en novembre, avait-il écrit. Après ce combat, tu pourras te retirer. J’ai grandi en regardant tes combats et je te respecte au plus haut point. Par contre, ce serait un honneur pour moi de combattre dans l’octogone avec l’un des plus grands combattants de tous les temps. Je te laisse le choix entre un combat à 155 ou 160 lb. Montréal, New York, Moscou ou Abou Dabi. Dis-moi où tu voudrais le faire.»

Le manque de désir ne venait pas de St-Pierre, mais ce n’était pas avantageux pour l’UFC de procéder en ce sens. Imaginez une victoire de «GSP» contre Nurmagomedov et une retraite qui s’en suit. C’est l’UFC qui se serait retrouvé le bec à l’eau.