Shamit Shome

Photo : Shamit Shome Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Impact

Shamit Shome veut plus de responsabilités

Publié | Mis à jour

Shamit Shome en est déjà à une troisième saison avec l’Impact même s’il n’a que 21 ans.

À ses deux premières années dans un maillot bleu-blanc-noir, il a disputé six matchs, dont deux départs, pour un total de 257 minutes. C’est peu et il veut faire en sorte que ces statistiques augmentent cette année.

«Personnellement, je suis confiant et je me sens mieux mentalement. Je suis dans un bien meilleur état d’esprit que je ne l’étais l’an passé. Je veux démontrer à Rémi qu’il peut me faire confiance, et qu’à défaut de commencer des matchs, je peux rentrer du banc et aider l’équipe.»

Shome, il faut le mentionner, a une très bonne tête sur les épaules et est un véritable intellectuel. Pas étonnant, donc, qu’il ait beaucoup pensé ces derniers mois.

«En tant que jeune joueur, c’est difficile de rester concentré et de ne pas chercher des excuses quand les choses ne vont pas comme on veut. Pendant l’entre-saison, j’ai passé beaucoup de temps à réfléchir sur la bonne façon de voir les choses.»

Études

Quand on vous disait que l’Albertain est loin d’être bête, c’est qu’en plus de jouer au soccer professionnellement, il poursuit ses études en génie électrique à l’Université Concordia, après les avoir amorcées à l’Université de l’Alberta.

Même si son horaire déborde, il affirme, un peu comme Laurent Duvernay-Tardif le fait, que le sport et les études sont en contrepoids.

«Je suis très occupé, mais c’est une bonne chose parce que ça me donne un certain équilibre. Je ne suis pas toujours en train de penser au soccer, c’est bien d’avoir quelque chose pour se changer les idées, pour arriver à l’entraînement l’esprit tranquille.»