Boxe

Théroux remporte la mise au Casino

Agence QMI / Philippe Asselin 

Publié | Mis à jour

Sans être spectaculaire, le boxeur David Théroux a tout de même démontré qu'il était en mesure de vaincre un ancien champion du monde, samedi après-midi, au Casino de Montréal.

Le pugiliste de Sorel-Tracy a vaincu le Nicaraguayen Jose Alfaro (31- 11-1, 25 K.-O.) par abandon au sixième round. Devant les assauts répétés du Québécois, le coin de l'ex-champion WBA des légers n'a pas eu d'autres choix que de lancer la serviette.

L'affrontement principal de ce gala présenté par le Groupe Yvon Michel (GYM) a été marqué par beaucoup d'accrochages et quelques batailles de positionnement. Une situation qui a quelque peu déçu celui qui disputait une première finale.

«Je ne suis pas nécessairement satisfait, a expliqué le boxeur de 25 ans après son combat. Mais bon, je suis content. [...] Il savait accrocher au bon moment et mettre ses mains aux bons endroits. Je dis que je ne suis pas complétement satisfait, mais je dois admettre que j'ai amassé beaucoup d'expérience avec ce combat. Je suis allé dans des zones où je n'étais jamais allé auparavant.»

Si Théroux (15-3, 10 K.O.) sort mi-figue, mi-raisin de cet affrontement, son entraîneur Stéphan Larouche est bien heureux de ce qu'il a vu.

«David a suivi la stratégie, a-t-il indiqué. On voulait épuiser Alfaro dans les premiers rounds, car on savait qu'on était plus fort physiquement que lui. David a monté le tempo au cinquième et au sixième, ce qui était notre plan de match.»

Une occasion en or

Théroux disputait seulement un deuxième combat après une absence de 14 mois en raison de graves blessures et, à la base, ce n'est pas lui qui devait se frotter à l'ex-champion du monde. En effet, il a remplacé au pied levé Sébastien Bouchard, qui souffre d'une blessure à l'épaule.

«On ne pouvait pas refuser un gars comme Alfaro, c'était parfait pour David, a affirmé Larouche. S'il avait à perdre contre un gars comme ça, David aurait dû réorienter sa carrière.»

Heureusement pour Théroux, il a passé le test et poursuivra son aventure dans le monde de la boxe professionnelle.

La suite des choses

Justement, que réserve le reste de l'année 2019 à Théroux ?

«Mon objectif pour 2019 est de faire un retour dans les classements mondiaux. J'aimerais me rebattre à Sorel et, éventuellement, obtenir une chance à un titre mineur, a révélé le vainqueur du jour. Je veux être actif. Je ne l'ai pas été dans la dernière année en raison de blessures. Là, je veux garder un bon rythme de combat.»

Une opinion que partage évidemment Larouche, qui aimerait bien que son pugiliste se batte à nouveau d'ici le mois d'avril.

Wilfrid Seyi expéditif

Théroux n'était pas l'unique boxeur de Larouche à être en action au Casino. Le Camerounais Wilfred Seyi (3-0-0, 2 K.O.) n'a mis que 31 secondes pour envoyer son adversaire, Marco Antonio Morales (1-1-0, 1 K.O.), au pays des rêves.

La nouvelle recrue de GYM a pincé le Mexicain avec un percutant jab qui n'a laissé personne indifférent dans la salle.

«Il a tout pour lui, expliquait Larouche après l'affrontement de son protégé chez les mi-lourds. Je pense qu'au Québec ont n'a jamais vu un jab aussi puissant depuis Sugar Ray Leonard en 1976.»

De quoi faire saliver les amateurs de boxe de la Belle Province.