Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

LHJMQ

Les Remparts n’arrivent plus à gagner

Publié | Mis à jour

Les Remparts de Québec ont encaissé un cinquième revers d’affilée, samedi après-midi, quand ils ont été doublés 4 à 2 par le Drakkar de Baie-Comeau devant 2207 amateurs présents au centre Henry-Leonard.

Les hommes de Patrick Roy ont été accueillis froidement par les Nord-Côtiers, qui ont vite affiché leurs couleurs en première période avec une mitraille de 22 lancers contre seulement trois.

Heureusement pour les Diables rouges, le gardien de but Kyle Jessiman a multiplié les arrêts clés pour garder son club dans la partie avec un seul but alloué durant les 20 premières minutes de jeu.

Bombardé de 46 tirs, l’ex-cerbère du Drakkar a poursuivi son brio durant tout le match, mais ce ne fut pas suffisant pour freiner l’élan des Nord-Côtiers, qui se sont forgé une avance de 3 à 0 en début de troisième période.

Privés de leur meilleur marqueur, Philipp Kurashev (suspendu pour un match), les visiteurs sont tout de même revenus avec deux buts rapides, en 19 secondes d’intervalle, mais ont manqué de temps.

«J’ai été content de voir les joueurs marquer des buts et c’est ce que je leur ai dit après la deuxième période. Il fallait oublier la dentelle, lancer et foncer au filet comme le fait si bien le Drakkar», a commenté le pilote Patrick Roy, qui a levé son chapeau sur la performance de son homme masqué.

Débarqués à Baie-Comeau au petit matin après avoir joué à Chicoutimi la veille, les Remparts ont mis du temps à retrouver leurs jambes. «Je ne veux pas m’embarquer là-dedans, mais il y a des gens dans la ligue qui devront revoir le calendrier. Ce genre de situation ne devrait vraiment pas se produire», a ironisé Roy sans détour.

Week-end parfait

De son côté, le Drakkar a complété un week-end parfait à domicile après avoir éprouvé plus d’ennuis la semaine dernière. «J’ai bien aimé la façon dont les joueurs ont amorcé le match. Ils étaient les agresseurs et ont été très intenses. Leur gardien [Kyle Jessiman] a été très bon pour limiter les dommages», a reconnu Martin Bernard.

Même s’il a moins apprécié quelques revirements commis du côté défensif, l’entraîneur-chef dresse un bilan positif.

«C’est sûr qu’il y a encore des choses à travailler, mais dans l’ensemble, les joueurs se sont bien comportés collectivement.»