Boxe

Marie-Ève Dicaire, l’inspiration

Publié | Mis à jour

La boxeuse québécoise Marie-Ève Dicaire défendra son titre mondial IBF des super-moyennes le 23 mars prochain au Casino de Montréal. Il s’agira d’un premier combat depuis celui qui lui a permis d’obtenir la ceinture, en décembre dernier, au Centre Vidéotron.

Depuis cette victoire, la pugiliste de 32 ans est encore plus visible qu’auparavant. Une situation qui lui convient, mais pas nécessairement parce que ça lui flatte l’égo.

«Je veux inspirer les gens, qu'ils disent "Marie-Ève l'a fait, moi aussi je peux le faire", a-t-elle expliqué, vendredi, en entrevue à JiC. De prendre leur vie en main, de croire en eux, d'aller au bout de leurs rêves.»

La jeune femme voit son prochain combat comme étant «tout un défi» et elle garde l’espoir de pouvoir, un bon jour, être la tête d’affiche d’un gala dans un grand amphithéâtre.

Pensées pour Adonis

La publication d’une première photo de son collègue Adonis Stevenson depuis sa dévastatrice défaite par K.-O. lors du même gala de décembre dernier a remué certains souvenirs chez la boxeuse.

«C'est sûr que le soir même, je ne savais pas l'étendue des dégâts et je me suis dit "ça peut arriver à tout le monde, donc Marie-Ève, lève tes mains, sois consciente, sois allumée, sois rapide"», a-t-elle raconté.

Les graves blessures au cerveau subies par Stevenson lors de ce combat l’ont certainement fait réfléchir, mais elle garde la tête froide.

«De mon côté, il n'y a pas de remise en question par rapport à mon sport parce que je sais que c'est un sport dangereux, ce n'est pas comme le hockey ou le soccer, a-t-elle évoqué. C'est comme... l'alpinisme? Le saut en parachute? Ce sont des sports qui sont dangereux, il y a des risques qui y sont associés: le  parachutiste qui saute d'un avion, il le vérifie en s'il-vous-plaît, son parachute.»

«Pour nous, c'est la même chose, a-t-elle poursuivi. On est dans le gymnase continuellement à travailler nos techniques de défensive, de bloc. Donc, oui, il y a ce risque, mais on y est tellement préparés que c'est ce qui rend notre sport si magnifique.»

De bons mots pour Clavel

Il y a désormais une deuxième étoile montante en boxe féminine au Québec : Kim Clavel. Et Marie-Ève Dicaire voit sa progression d’un très bon œil.