Kavis Reed

Photo : Kavis Reed Crédit : Dominick Gravel/Agence QMI

Alouettes

Alouettes: le plan suivi à la lettre

Publié | Mis à jour

À l’instar des deux dernières années, le directeur général des Alouettes, Kavis Reed, a été actif depuis l’ouverture du marché des joueurs autonomes de la Ligue canadienne.

Reed avait ciblé des besoins pour son équipe et on peut dire qu’il les a presque tous comblés. Il a posé des gestes intéressants, mais il est trop tôt pour dire qu’il a réalisé des coups de maître.

Du côté défensif, il est allé chercher le maraudeur Taylor Loffler, le secondeur Bo Lokombo et le demi défensif Patrick Levels.

L’arrivée de Loffler permettra au nouveau coordonnateur défensif, Bob Slowik, de redonner un poste de secondeur à Branden Dozier. Pour sa part, Lokombo permettra aux Alouettes d’avoir à nouveau un duo de secondeurs canadiens avec Henoc Muamba.

Quant à Levels, il permettra de combler le vide laissé par Tevaughn Campbell, parti tenter sa chance dans la NFL.

Toutefois, Reed n’a pas été en mesure de dénicher un chasseur de quart. Bien sûr, il a fait signer un nouveau contrat à John Bowman, mais il est sur la pente descendante. On lui souhaite de trouver la perle rare avant le prochain camp d’entraînement.

Pas de folie

Avec déjà six quarts sous contrat, Reed n’a pas participé aux enchères pour les services de Mike Reilly et de Bo Levi Mitchell. Il a plutôt fait quelques ajouts spécifiques.

Il a notamment embauché le receveur DeVier Posey. C’est une bonne acquisition, mais l’ancien de la NFL a-t-il l’étoffe pour devenir le receveur numéro 1 des Alouettes ? Dur à dire.

La seule chose qu’on sait pour le moment, c’est qu’il sera payé avec ce titre. Selon un journaliste de Winnipeg, Posey sera payé 200 000 $ pour les saisons 2019 et 2020. Les Alouettes étaient les seuls qui étaient prêts à payer ce montant.

Reed s’est aussi entendu avec le vétéran Spencer Wilson. Il pourrait être une addition précieuse à la ligne offensive. L’an dernier, il était partant comme bloqueur chez les Stampeders de Calgary lors des premiers matchs de la saison.

Par la suite, il s’est retrouvé au poste de réserviste avec le retour de Randy Richards. À Montréal, il pourrait devenir partant comme bloqueur à droite. Par contre, il peut aussi évoluer aux autres positions de la ligne offensive.

Il ne faut pas oublier les signatures du centre-arrière québécois Christophe

Normand et du porteur de ballon Jeremiah Johnson, qui ajoutent de la profondeur aux Alouettes.

Départs prévisibles

Cette semaine, les Québécois Nicolas Boulay et Philippe Gagnon ont quitté le nid pour se joindre au Rouge et Noir d’Ottawa. Avec les signatures de Lokombo et de Wilson, c’était prévisible.

Boulay a rendu de précieux services pendant ses six saisons passées avec les Alouettes. Il était un des leaders au sein des unités spéciales, mais il n’a pas eu beaucoup de chances de se faire valoir comme secondeur.

Quant à Gagnon, les choses ne se sont pas déroulées comme prévu avec une blessure majeure en 2017. À son arrivée dans la LCF, plusieurs observateurs le voyaient comme le successeur de Luc Brodeur-Jourdain au centre. Ça ne s’est pas concrétisé.

LES DÉPARTS ET LES ARRIVÉES

Ils s’amènent

Taylor Loffler, maraudeur

DeVier Posey, receveur

Chris Brown, receveur

Bo Lokombo, secondeur

Patrick Levels, demi défensif

Spencer Wilson, ligne offensive

Christophe Normand, centre-arrière

Jeremiah Johnson, porteur de ballon

Ils sont partis

Nicolas Boulay, secondeur (Ottawa)

Philippe Gagnon, ligne offensive (Ottawa)

Ils sont demeurés dans le nid

B.J. Cunningham, receveur

Samuel Blanc, ligne défensive

Ernest Jackson, receveur

Stephen Adekolu, receveur

John Bowman, ligne défensive

Tony Washington, ligne offensive

Martin Bédard, longue remise

Kristian Matte, ligne offensive

Ils sont sans contrat

Luc Brodeur-Jourdain, ligne offensive

Chip Cox, secondeur

Jesse Joseph, ligne défensive