Crédit : MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

MLB

Russell Martin: le plaisir de retrouver Clayton Kershaw

Publié | Mis à jour

Le receveur québécois Russell Martin était là, derrière le marbre, quand le grand lanceur gaucher Clayton Kershaw a effectué son premier départ dans le baseball majeur. C’était le 25 mai 2008 et ce jour-là, les Dodgers l’avaient emporté 4 à 3 face aux Cardinals de St. Louis.

«Dans le temps, il lançait une balle rapide et une courbe, c’est tout, s’est souvenu Martin, qui a le plaisir de retrouver Kershaw ces jours-ci au camp d’entraînement des Dodgers ayant pris son envol en Arizona. Maintenant, son meilleur lancer, c’est sa glissante. Je ne l’ai jamais vue encore [dans un match], à part au bâton, quand je l’ai affronté.»

De 2008 à 2010, Martin a été le receveur de Kershaw pendant un total de 349 manches. Ensemble, ils ont été confrontés à 1472 frappeurs exactement. Seuls A.J. Ellis et Yasmani Grandal ont été plus souvent derrière le marbre pour recevoir les tirs du triple récipiendaire du trophée Cy-Young dans la Ligue nationale.

«C’est l’un des meilleurs lanceurs que j’ai vu de ma vie, a repris le Québécois. Il venait d’avoir 20 ans quand il est entré dans la ligue, mais on voyait déjà sa maturité. Tu le voyais qu’il allait être excellent. Dès ses débuts, il se faisait comparer à Sandy Koufax. À l’époque, je me disais qu’il fallait qu’on lui laisse le temps de progresser. Ce n’était pas juste pour le "kid". [...] Finalement, il a montré à tout le monde qu’il est aussi bon, sinon meilleur encore que Koufax.»

Le désir de gagner

À son premier départ dans le baseball majeur, Kershaw avait œuvré pendant six manches, ne concédant que deux points aux Cardinals. C’est toutefois le releveur japonais Takashi Saito qui avait été crédité de la victoire. Depuis, le gaucher s’est forgé un brillant dossier de 153-69 en carrière, tout en conservant une moyenne de points mérités de 2,39. Officiellement, Kershaw est encore à 12 victoires du total obtenu par Koufax (165) dans le baseball majeur. Il pourrait facilement le dépasser au cours de la prochaine saison.

«Kershaw, c’est un athlète avec une attitude impeccable, a résumé Martin, qui a d’ailleurs eu l’occasion de recevoir les lancers de l’artilleur plus tôt cette semaine. Il a le désir de gagner et d’être le meilleur. C’est une attitude comme celle-là qui permet aux joueurs autour de lui d’être meilleurs aussi. Quand une équipe est bâtie autour d’un athlète comme ça, les effets sont positifs. Ce n’est pas pour rien que les Dodgers ont atteint la Série mondiale lors des deux dernières années.»

«C’est un gars qui n’a pas peur d’évoluer et de faire des changements, a ajouté le receveur québécois. Le baseball, c’est un sport d’ajustements et lui, il sait s’ajuster d’un lancer à l’autre. Il a un bon cerveau et des bonnes habiletés. Tu mets ces deux choses-là ensemble et ça fait quelque chose d’extraordinaire.»