Crédit : AFP

LNH

La résurrection des Blues

Publié | Mis à jour

Déclarés morts au début janvier, lorsqu’ils étaient dans les bas-fonds du classement, les Blues de St. Louis ont effectué le redressement le plus impressionnant de la Ligue nationale de hockey (LNH) cette saison.

Fort d’une séquence de sept victoires grâce à un gain de 8 à 3 contre les Devils du New Jersey mardi soir, le club du Missouri détient maintenant une place en séries, à deux points seulement des Stars de Dallas au troisième rang de la section Centrale. Sa fiche est de 28-22-5, soit 61 points en 56 rencontres, la septième meilleure dans l’Association de l’Ouest.

Cette ascension s’explique en premier lieu par le brio de la recrue Jordan Binnington, qui a fait ses débuts dans le circuit le 7 janvier. Sa fiche de 10-1-1 parle d’elle-même, tout comme son taux d’efficacité de ,934, sa moyenne de buts accordés de 1,66 et ses deux jeux blancs.

Le réveil de Tarasenko

La résurgence des Blues est aussi due à l’excellence de l’attaquant étoile Vladimir Tarasenko. Il a récolté au moins un point dans les neuf dernières parties de son équipe (7 buts et 7 aides pour 14 points). Il s’agit de sa plus longue séquence en carrière. La nouvelle année a complètement transformé le Russe, qui avait connu un mois de décembre horrible, obtenant seulement deux buts et aucune mention d’aide en 13 rencontres. Les rumeurs d’échange à son égard semblent être chose du passé.

Même s’il n’a pas noirci la feuille de pointage depuis son retour au jeu d’une blessure à la mi-décembre, Jaden Schwartz a solidifié l’attaque des Blues. Son jeu combatif donne de l’espace à ses coéquipiers.

De son côté, le joueur de centre Ryan O’Reilly a poursuivi son bon travail, lui qui mène les siens avec une récolte de 21 buts et 57 points en 55 sorties.

Jay Bouwmeester

Envoyé aux quatre coins de la ligue dans des échos de transaction, le vétéran Jay Bouwmeester s’est replacé après un début de saison difficile. Sa dernière joute avec un différentiel négatif remonte au 3 janvier, une séquence de 13 matchs. L’arrière de 35 ans avait connu quatre rencontres dans le rouge en décembre et autant en novembre.

Finalement, l’entraîneur-chef Craig Berube a son mot à dire dans cette résurrection. Nommé à ce poste le 19 novembre à la suite du congédiement de Mike Yeo, l’ancien joueur qui a accumulé plus de 3000 minutes de punition dans la LNH semble réussir à faire passer son message auprès de ses joueurs après un premier mois parsemé de défaites. Il a réussi à stabiliser la défensive et composer avec ses effectifs sous la main en faisant notamment confiance en un gardien de première année.