Les Partants

«La condition numéro un est d’avoir un stade» - Felipe Alou

Publié | Mis à jour

Le groupe d’investisseurs qui espère ramener le baseball majeur à Montréal, avec en tête Stephen Bronfman, aurait en tête le bassin Peel, dans le quartier Pointe-Saint-Charles, comme site pouvant accueillir un potentiel stade de baseball.

Le groupe s’est d’ailleurs récemment inscrit au Registre des lobbyistes du Québec. Toutefois, même si la préférence semble aller vers le bassin Peel, d’autres sites peuvent être étudiés. Outre le nom de Bronfman, celui de Pierre Boivin, ex-président des Canadiens de Montréal, fait également partie du Registre.

S’il y a quelqu’un qui est bien placé pour comprendre le dossier du potentiel retour du baseball majeur à Montréal, c’est bien Felipe Alou, qui a dirigé les Expos de 1992 à 2001. Et pour lui, ça ne fait aucun doute, tout doit être pensé en fonction d’un stade.

«La condition numéro un est d’avoir un stade, a souligné Alou lors de l’émission Les Partants, mercredi, sur les ondes de TVA Sports. Et ce, même si tu n’as pas d’équipe.

«Si tu construis un stade à Montréal ou près de Montréal, nous aurons une équipe. Ce sera très difficile d’en obtenir une en premier et d’ensuite construire le stade.»

Alou, qui a subi une intervention chirurgicale à un genou l’année dernière, est un conseiller spécial au directeur général des Giants de San Francisco. Parallèlement, son fils, Moises, qui a évolué pour les Expos dans les années 90, fait le même travail, mais avec les Padres de San Diego.

À voir dans la vidéo ci-dessus.