F1

«Des podiums sont réalisables», selon Stroll

Publié | Mis à jour

À sa deuxième année en F1, Lance Stroll a connu un parcours de misère en étant limité à une maigre récolte de six points en 21 départs.

Cela a fait dire à son ancien directeur au sein de l’écurie Williams, après que le départ du jeune pilote montréalais vers Racing Point eut été annoncé en fin de saison, «qu’à 18 ans, il était arrivé trop tôt en F1».

Paddy Lowe avait enchaîné en affirmant qu’il aurait été mieux préparé en peaufinant son apprentissage dans une catégorie inférieure.

Interrogé sur la question, le principal intéressé, en entrevue au Journal de Montréal mercredi à Toronto, n’a pas voulu se lancer dans une guerre de mots, mais il n’a pas manqué d’ajouter son grain de sel.

«Tout ce que je peux affirmer, c’est que la voiture était mal née l’an dernier et que ses ingénieurs n’ont pas su la faire évoluer en cours de saison.

«Quand j’ai participé à une séance d’essais privés au surlendemain du dernier Grand Prix de la saison à Abou Dhabi au volant de la Force India, a répliqué Stroll, j’étais 1,4 seconde plus rapide au volant d’une voiture que je n’avais jamais pilotée.

«Les chronos ont parlé à Abou Dhabi, a-t-il poursuivi. Mais bon, c’est du passé, j’amorce maintenant un nouveau chapitre dans ma carrière.

«Nous avons une organisation hors pair qui sera capable de réaliser de belles choses en 2019. Elle l’a prouvé avec des moyens limités.

«Nous voulons rouler en avant, pas à l’arrière du peloton. C’est arrivé trop souvent l’an dernier. Des podiums sont réalisables et notre nouvelle équipe se donnera les moyens pour malmener bon nombre d’écuries en F1.»

Occasion d’affaires

L’arrivée de Lawrence Stroll n’est pas étrangère aux nouvelles mesures qu’entend implanter le nouveau propriétaire de la F1, l’entreprise américaine Liberty Media, dans deux ans.

Ce projet, qui pourtant n’enchante pas les puissances du plateau, dont Ferrari, qui de nouveau menace de se retirer du Championnat du monde si la démarche est adoptée, prévoit dès 2021 la mise en place d’un plafond budgétaire, des éléments «standardisés» sur les monoplaces et une distribution plus équitable des revenus entre les équipes.

Cette initiative est à la base de l’arrivée de Stroll en F1. Et il ne l’a pas caché dans une rare entrevue accordée il y a quelques mois.

«C’est un pas dans la bonne direction, a souligné Stroll au New York Times. J’y vois une belle occasion d’affaires comme dans les autres entreprises. C’est un investissement à long terme.»

L’homme d’affaires a fait fortune dans l’industrie du textile avec des marques griffées telles Tommy Hilfiger et Michael Kors.

«Je ne m’y implique pas pour perdre de l’argent, a-t-il soutenu. Dans ces conditions, on peut être en mesure d’ici quelques années de rivaliser avec les meilleures équipes.»

La quatrième place dans la mire

«Avec de nouvelles ressources plus solides, on peut faire un grand pas vers l’avant, a pour sa part soutenu Otmar Szafnauer, le directeur général de Racing Point. La quatrième place est à notre portée dès cette année, si on parvient à mettre tous les éléments du casse-tête en place. En sachant toutefois que la compétition sera très intense derrière Mercedes, Ferrari et Red Bull.»

D’ailleurs, Szafnauer avance qu’au Grand Prix d’Espagne, cinquième étape du championnat en mai et à la rentrée du grand cirque de la F1 en Europe, la voiture affichera des «évolutions» à plusieurs égards.

«Avec un meilleur budget, ce qui nous a manqué au cours des dernières saisons, a-t-il indiqué, on est sûrs de rendre la voiture plus rapide qu’en début de saison en introduisant de nouveaux composants.»

Le premier Grand Prix de la saison sera disputé le 17 mars à Melbourne, en Australie.

Bombardier plus visible

Outre des gens d’affaires canadiens, l’écurie Racing Point F1 peut aussi compter sur la contribution d’entreprises canadiennes, dont Bombardier.

Cette dernière avait limité sa participation à une inscription sur le casque de Stroll l’an dernier. Cette fois, elle est certes plus visibles puisque le nom de la multinationale figure de chaque côté de la prise d’air de la monoplace.