Canadiens

CH : «On ne touche pas aux espoirs!»

Publié | Mis à jour

Philippe Boucher voit d’un bon œil les récentes acquisitions de Marc Bergevin. Selon l’ancien entraîneur-chef des Remparts de Québec, le directeur général des Canadiens de Montréal ne peut pas se permettre de faire de gros échanges à ce moment de la saison, surtout si cela implique de sacrifier des espoirs ou d’importants choix au repêchage.

À voir dans la vidéo ci-dessus.

«Avec les ajouts de Dale Weise, Nate Thompson et Christian Folin au sein de la formation, tu donnes d'importants outils à Claude Julien ainsi que de l’expérience pour les éliminatoires, et ce, tout en conservant la chimie dans le vestiaire. C'est ce qui est primordial lorsque tu es dans la course aux séries», a-t-il expliqué mardi, en entrevue à l’émission JiC.

Boucher a par ailleurs ajouté que ce statu quo prouve que le Tricolore est convaincu qu’il va dans la bonne direction et fait amplement confiance au cœur de son équipe.

«Le CH a une meilleure équipe sur papier depuis quelques jours, reste à voir si sur la glace ça va aller mieux.»

Des échanges qui ne passent pas toujours bien

Boucher se souvient de son parcours professionnel alors qu’il évoluait avec les Stars de Dallas, que la formation texane avait pris la décision d’échanger Scott Pellerin contre Claude Lemieux en 2003.

«Claude n’avait rien fait de mal et je n’ai rien contre lui, il a connu toute une carrière, a nuancé Boucher, mais son arrivée avec l’équipe avait changé toute la chimie dans le vestiaire, même chose lorsque la petite peste Sean Avery avait atterri à Dallas en 2008.