Canadiens

Canadiens: l’attaque massive à l’ordre du jour

Publié | Mis à jour

Dans une course serrée comme celle dans laquelle est engagé le Canadien de Montréal, rien ne doit être laissé au hasard. Surtout quand votre attaque massive présente l’un des pires rendements du circuit Bettman (13,5 %, 30e).

Avec trois entraînements avant le prochain match, jeudi à Nashville, Claude Julien aura tout le loisir de travailler sur cet aspect du jeu.

Il a déjà commencé. En plus du temps alloué aux unités spéciales avant l’entraînement (comme c’est toujours le cas), l’entraîneur du Tricolore a invité ses joueurs à passer beaucoup de temps là-dessus.

Le fameux 4 contre 3

Au menu, entre autres, le jeu à quatre contre trois. Celui-là même qui a coûté un précieux point aux Montréalais, samedi soir, lors de la visite des Maple Leafs de Toronto.

«On n’a rien créé sur ce 4 contre 3. Ça nous a coûté le match... On s’est fait marquer 30 ou 40 secondes plus tard, a rappelé Jonathan Drouin. Il aurait fallu au moins créer quelque chose pour amener du momentum au 3 contre 3 qui a suivi.»

Deux défenseurs, Shea Weber et Jeff Petry, occupaient les postes à la pointe lors de cet exercice.

Question de s’assurer que la stratégie soit bien comprise de tous, Julien a même convié ceux qu’il utilise au sein de l’attaque massive à une séance vidéo de près d’une demi-heure.

«On veut que tout soit à point. Ça n’arrive pas souvent au cours d’une saison d’avoir autant d’entraînements entre deux matchs. Il faut en tirer avantage. C’est le bon moment pour peaufiner certains détails», a indiqué Brendan Gallagher.

Avec un rendement de 13 %, l’attaque massive des Predators occupe le 31e et dernier rang de la Ligue nationale de hockey (LNH). Il ne faudra pas s’attendre à de grandes étincelles, jeudi.