Canadiens

Les Canadiens coulés par Tavares et l’attaque massive

Publié | Mis à jour

On le dit depuis longtemps. L’inertie de l’attaque massive des Canadiens va finir par coûter de précieux points au classement. On en a eu un exemple flagrant samedi soir, lors de la visite des Maple Leafs de Toronto.

Avec le deuxième rang de la division Atlantique à l’enjeu, la troupe de Claude Julien a été incapable de profiter d’une supériorité numérique de 92 secondes pour amorcer la prolongation.

Il n’en fallait pas plus pour que les Leafs se sauvent avec la victoire. John Tavares a scellé l’issue de la rencontre en se faufilant entre Jeff Petry et Phillip Danault avant de déjouer Carey Price dans la partie supérieure.

Les partisans des Leafs, nombreux à s’être déplacés au Centre Bell, ont bruyamment célébré cette victoire de 4 à 3.

«C’est arrivé vite. J’avais de la vitesse et j’ai été en mesure de trouver de l’espace entre leurs deux joueurs. Mitch [Marner] m’a remis le disque de façon si précise que j’ai pu planifier ce que j’allais faire avec la rondelle avant même de la recevoir», a décrit le héros de la rencontre.

À travailler, encore

Pendant le premier vingt, ce même Tavares avait écopé d’une double mineure pour avoir atteint Jordie Benn au visage avec son bâton. Au cours de ces quatre minutes, le Canadien n’a dirigé qu’un seul tir sur Frederik Andersen.

«On a bénéficié d’une supériorité numérique de quatre minutes et on n’a pas vraiment passé de temps en zone offensive, a déclaré Andrew Shaw. Il va falloir aborder l’attaque massive comme si on jouait à forces égales et travailler plus fort que l’unité de désavantage numérique adverse.»

Mince consolation, le Tricolore a tout de même récolté un point, ce qui lui permet de garder les Leafs à une distance de deux points. Toutefois, ceux-ci ont disputé deux matchs de moins.

«On voulait vraiment ces deux points. Il faut leur donner du crédit. C’est une bonne équipe. Ils ont travaillé dur», a ajouté le no 65.

Shaw affamé

Au moment de tomber au combat, le 31 décembre, Shaw venait de récolter quatre points en autant de rencontres. De retour après une absence de 15 matchs, il a repris là où il avait laissé.

D’abord, il a ouvert la marque dès sa première présence. Il n’y avait que 51 secondes de jouées lorsque le fougueux attaquant a fait dévier le tir de Jeff Petry. Plus tard, en troisième période, il s’est fait complice du 22e but de la saison de Brendan Gallagher. Un but réussi... en avantage numérique.

Chaque fois, ces buts ont donné les devants aux locaux. Toutefois, ils ont été incapables de conserver l’avance. En fait, deux fois le Tricolore a eu les devants dans ce match pour un grand total de 2 min 40 s.

Andreas Johnsson a répliqué à la frappe de Shaw 89 secondes plus tard. William Nylander a nivelé le pointage 71 secondes après que Gallagher eut marqué le troisième but du Tricolore.

Matthews muselé

Auteur de quatre buts à ses cinq matchs précédents, Auston Matthews, le nouvel homme de 58 M$ a été réduit au silence. En plus de tenir la vedette des Leafs loin du filet de Carey Price, le trio de Max Domi a profité de sa présence sur la patinoire pour marquer deux buts.

Il y a eu ce but de Shaw, puis, dans les premiers instants du second engagement, Tomas Tatar a profité d’un cadeau d’Andersen, déjoué sur un tir anodin dans le haut du filet.

«On a toujours démontré qu’on pouvait bien jouer contre les Leafs. On l’avait également fait à Toronto lors du match d’ouverture, a affirmé Shaw. On affronte de bonnes équipes présentement et nous sommes au sommet de notre jeu.»