Ski et planche

Mikaël Kingsbury s’offre un deuxième titre mondial à Deer Valley

Publié | Mis à jour

Gourmand comme toujours dès qu'il embarque sur ses skis, Mikaël Kingsbury s'est offert la formule du «deux pour un» des championnats mondiaux de ski acrobatique, samedi à Park City, en s'adjugeant l'épreuve en duel des bosses après celle individuelle de vendredi.

Sur un parcours devenu capricieux en raison d'une chute de neige persistante, le Québécois a encore passé en coup de vent sur son parcours chéri de Deer Valley. Dans son match ultime, il devait affronter l'Américain Bradley Wilson et, par définition, une foule aussi partisane que courageuse dans cette tempête.

Quand son pointage de 87,62 affiché à l'écran géant a écrasé celui de son opposant (84,95), le sacre de Kingsbury a refroidi davantage les milliers de spectateurs, d'autant plus qu'il venait d'entrer 66 centièmes derrière l'enfant du pays.

Dans le jeu pour la médaille de bronze, le Japonais Daichi Hara a eu le meilleur sur le Suédois Walter Wallberg.

Il se savait capable

À la veille de remporter la première de ses deux médailles d'or, Kingsbury avait pourtant joué de prudence sur la possibilité d'un coup double.

«Je ne veux pas mettre mon focus à essayer de gagner les deux titres. Je sais que je suis capable de gagner les deux, je les ai déjà gagnés, mais pas dans le même événement. Je n'aime pas mettre mon focus sur gagner, gagner et gagner. Il faut juste que je skie bien. Et si je skie bien en simple, j'augmente les chances de gagner ensuite en duel.»

Il ne nous avait pas menti. Bénéficiant d'un laissez-passer en première ronde en vertu de son statut de meneur de la Coupe du monde, il a ensuite construit son succès dans les cinq courses suivantes.

Dans ce concours, 50 % de la note des juges portent sur l'habileté à se jouer des bosses, 25 % sur les sauts et la balance sur la différence de vitesse entre les deux athlètes. Tout le long, le double champion a fait la démonstration de sa qualité d'exécution, notamment dès son premier tour de piste, alors qu'il était pourtant arrivé au bas après le Britannique Thomas Gerken-Schofield. Sa descente soignée valait beaucoup plus qu'une ruée à l'épouvante. Ses intentions pour le reste de la soirée venaient d'être révélées.

Le Québécois quitte l’Utah en tant que le deuxième homme seulement à réussir le «combo» simple-duel depuis que ce programme double a été instauré aux championnats mondiaux en 1999. Il imite ainsi le Japonais Ikuma Horishima, qui avait fait le coup, il y a deux ans en Espagne.

Ce neuvième podium en carrière lui procure maintenant le plus total absolu à des championnats du monde. Il fait oublier les huit médailles de l'Américaine et retraitée Hannah Kearney.

Les sœurs éliminées tôt

Chez les dames, le parcours de Justine Dufour-Lapointe s'est arrêté en huitième de finale à cause de la Japonaise Hinako Tomitaka. Plus tôt, sa sœur Chloé avait été éliminée dès la première étape après avoir dévié du parcours vers sa gauche.