LHJMQ

«J'ai levé mon jeu d'un cran dernièrement» -Alexis Lafrenière

Publié | Mis à jour

Le jeune prodige Alexis Lafrenière, fera un arrêt à St-Tite ce week-end, à l’occasion de la troisième édition de la Classique hivernale de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Son équipe, l’Océanic de Rimouski se frottera vendredi soir aux Cataractes de Shawinigan sur un site extérieur aménagé spécialement pour l’occasion.

En entrevue à «Jic», l’attaquant a avoué que les installations avaient charmé la totalité des joueurs de l’équipe.

«C’est très beau ici! On vient d’arriver et les gars sont pas mal excités. On a hâte  que ça commence.»

Même si le match aura lieu en Mauricie, plusieurs partisans de l’Océanic, désireux de supporter leur équipe dans ces circonstances particulières, feront le voyage à St-Tite. Sans dire que 50% de la foule appuiera les visiteurs, on peut toutefois affirmer que Rimouski comptera sur un intéressant support pour un match disputé loin de son domicile.

«Ça sera intéressant, comme ambiance! Les partisans vont encourager les deux équipes. Il y aura assurément beaucoup d’énergie là-bas.»

Domination et Lafrenière : deux synonymes

Il n’y a pas 1000 façons de l’expliquer : Alexis Lafrenière casse tout depuis son arrivée dans le circuit Courteau.

Après avoir récolté, l’an dernier, 80 points dont 42 buts en 60 matchs à sa première saison dans la LHJMQ, le #11, aussi surprenant que cela puisse paraître, a déjà fait mieux cette année.

Après 46 rencontres, il compte, cette saison, 83 points!

Sa domination est telle que plusieurs experts s’entendent pour dire que si Lafrenière avait été éligible au repêchage de cette année, on l’aurait sélectionné au tout premier rang.

«C’est sûr que c’est flatteur à entendre. Mais honnêtement, je préfère me concentrer sur mon jeu et tenter le mieux possible d’aider l’équipe à gagner.»

Viser le 2e rang?

Actuellement 5e au classement général en vertu d’une récolte de 73 points, l’Océanic se retrouve également à seulement 5 petits points du 2e rang détenu par les Voltigeurs de Drummundville.

«Depuis quelques semaines, j’ai l’impression qu’on a trouvé notre identité. En début de saison, on était un peu inconstants, mais les choses se sont replacées. Il suffit de toujours donner notre 100% lorsque l’on saute sur la glace et les bonnes choses vont arriver.»

Lorsque Jean-Charles Lajoie lui demande comment il évalue ses performances individuelles cette saison, Alexis Lafrenière répond ceci :

«J’ai levé mon jeu d’un cran dernièrement. Ça va bien. Mais l’équipe va bien aussi et c’est difficile de demander mieux lorsque ta formation est sur une bonne lancée et que ton jeu individuel est aussi à la hauteur.»

De grands souliers à chausser

L’Océanic de Rimouski est une formation au passé riche. Les Sidney Crosby et Brad Richards, pour ne nommer que ceux-là, ont largement contribué à l’instauration d’une tradition gagnante dans le Bas-St-Laurent.

Connaissant l’historique reluisant de son équipe, Lafrenière ressent-il une pression supplémentaire de devoir performer?

«Il est clair qu’il y a eu de gros noms avant moi. Mais j’essaie de ne pas y penser. Je souhaite faire ma propre route. À Rimouski, autant les partisans que les dirigeants veulent gagner et c’est très agréable d’évoluer pour une équipe comme celle-là.

Un Championnat du monde junior... instructif

Étant sélectionné à seulement 17 ans par les dirigeants d’Hockey Canada pour représenter Équipe Canada Junior lors du dernier Championnat mondial, Lafrenière aura vécu une expérience plutôt particulière.

Rabroué sur la place publique par l’entraîneur Tim Hunter, la jeune vedette n’aura jamais vraiment eu le temps de glace pour se faire justice.

Comment évalue-t-il son tournoi?

«Je respecte les décisions de l’entraîneur. Je suis d’avis que tous les joueurs présents pouvaient jouer un rôle offensif dans cette équipe. De mon côté, j’ai peut-être eu moins de minutes de jeu qu’habituellement, mais j’accepte le rôle qui m’a été attribué.»