Sports divers

«Ti-Guy» Émond est décédé

Publié | Mis à jour

Le coloré journaliste sportif Guy Émond est décédé vers 5 h, mercredi matin. Il avait 77 ans.

La triste nouvelle a été annoncée à l'Agence QMI par l'un de ses fils, Jean-Marc.

Aux prises avec le diabète depuis plusieurs années, celui qu’on surnommait «Ti-Guy» aura connu une vie ponctuée d’innombrables anecdotes. Des anecdotes qu’il avait d’ailleurs un malin plaisir à raconter...

«Mon père, ç’a été une légende, il aura vécu une vie de fou, une vie d’extrêmes, a indiqué son fils, lors d’une touchante entrevue. On peut dire qu’il aura vécu comme il le voulait. Et à travers tout ça, il a toujours su se faire aimer.»

Émond avait à peine 20 ans qu’il assurait déjà la couverture du Canadien de Montréal, mais il suivait aussi passionnément la boxe, la lutte et les courses de chevaux. Il a aussi eu l’occasion de couvrir éventuellement le baseball, lors de l’arrivée des Expos.

«Le Club de hockey Canadien offre ses plus sincères sympathies à la famille du regretté Guy Émond, journaliste coloré qui a couvert la scène sportive montréalaise pendant plusieurs décennies», a notamment réagi le Canadien, mercredi avant-midi.

Au cours de sa carrière, «Ti-Guy» a notamment travaillé au Dimanche-Matin, au Montréal-Matin et au Journal de Montréal.

«Ultimement, il sera mort un peu comme son père spirituel Jacques Beauchamp», a noté Jean-Marc Émond, en rappelant l’impact que l’ancien chef de la section sportive du Journal de Montréal a eu sur sa carrière.

Dans le cas de Guy Émond, il a passé les dernières années de sa vie au Centre d’hébergement Saint-Eusèbe, à Joliette, en raison de certaines détériorations cognitives. Au cours des dernières semaines, la gangrène, causée par son diabète, laissait par ailleurs deviner que ses jours étaient comptés.

Retrouver Phil

S’il a pratiqué le métier de journaliste sportif, c’est qu’Émond avait fait cette promesse à son père Phil, qui est décédé alors que «Ti-Guy» avait 10 ans, à la suite d’un accident de voiture.

Il en aura maintenant beaucoup à raconter là-haut en évoquant, parmi tant d’autres, les noms de Serge Savard, Réjean Houle, Guy Lapointe, Roberto Duran, Eddie Melo sans oublier les lutteurs Maurice «Mad Dog» Vachon et Paul Leduc.

«Il y a aussi cette fois où il avait accidentellement assommé Tommy LaSorda avec la porte d’un taxi», a laissé savoir son fils Jean-Marc, riant aux éclats en offrant quelques bribes d’une histoire abracadabrante avec l’ancien joueur de baseball qui est plus tard devenu gérant des Dodgers de Los Angeles.

Chanteur et lanceur

Chanteur country à ses heures, Émond a aussi été un très bon lanceur de «fastpitch». Dans le cadre de diverses tournées aux quatre coins du Québec, «Ti-Guy» a notamment joué pour l’équipe du Canadien de Montréal et celle du Journal de Montréal. Il a affronté à de nombreuses reprises la formation des 4 Chevaliers O’Keefe de son bon ami Claude Potvin.

«Aujourd’hui, il a chanté sa dernière toune et il a fait ses derniers pitchs», a conclu son fils.

Parmi les honneurs reçus, Émond a été intronisé, en 2016, au Temple de la renommée de Softball Québec comme membre des médias. En marge de sa carrière professionnelle, il aura aussi marqué les esprits par certaines présences à la radio et à la télévision, notamment à la défunte émission «110%».

Guy Émond laisse dans le deuil ses deux fils, Jean-Marc et Danny, trois petits-enfants, deux arrière-petits-enfants, mais également de nombreux amateurs de sports au Québec.

Les réactions au décès de Guy Émond ont été nombreuses:

«C’était un gars passionné et un gars qui aimait rire. Pleurer sa mort ne serait pas représentatif de ce qu’était Ti-Guy Émond... Lorsque Ti-Guy Émond t’aimait, il t’aimait beaucoup. Il était loyal et il était intègre» - Rodger Brulotte, commentateur sportif

«J’en garde de très bons souvenirs. Quel boute-en-train! Il avait toujours des histoires à raconter et il était toujours souriant» - Réjean Houle, ancien joueur du Canadien qui a d’ailleurs célébré ses fiançailles chez Guy Émond

«Il avait une passion illimitée de la vie en général et de la boxe en particulier. Il ne laissait personne indifférent!» -Yvon Michel, promoteur de boxe

Voyez l'entrevue qu'a accordée Rodger Brulotte lors de l'émission Les Partants dans la vidéo ci-dessus.


Réécoutez Les Partants quand vous le voulez sur QUB Radio