JiC

Rocket : prière de ne pas regarder la fiche

Publié | Mis à jour

L’amateur de hockey moyen doit se poser certaines questions s’il regarde la fiche du Rocket de Laval par les temps qui courent.

Le club-école des Canadiens croupit actuellement au dernier rang de sa division et est à sept points d’une place en séries. Après quelques saisons peu convaincantes sous l’égide de Sylvain Lefebvre, l’équipe n’apparaît pas faire bien mieux, finalement, depuis l’entrée en poste de son successeur, Joël Bouchard, l’été dernier.

Mais le principal intéressé assure que malgré le manque de résultats concrets au point de vue statistique, les choses vont bien à Laval.

«Je n'aime pas ça perdre, mais je ne considère pas que la fiche de l'équipe révèle exactement comment les gars jouent et s'améliorent», a-t-il mentionné, mercredi, en entrevue à «JiC», à TVA Sports.

«La Ligue américaine est une ligue de développement et ce qu'on voulait créer, c'est un programme, a-t-il expliqué. Un programme de développement pour les jeunes et des jeunes, on en a. Lors du dernier match, on avait 10 recrues dans l'alignement et on en a déjà eu 14. Pour la Ligue américaine, c'est quand même beaucoup.»

«J'adore l'attitude des gars, on est dans les tous les matchs, a également mentionné l’entraîneur. Les gens qui viennent à la Place Bell le savent (...) on gagne beaucoup de matchs à la maison, c'est plus sur la route qu'on a de la difficulté. Les performances sont bonnes, mais on dirait qu'on est toujours un but en arrière. Ça va arriver avec une équipe jeune, ça fait partie du "millage" qu'on doit leur donner.»

L’ancien pilote de l’Armada de Blainville-Boisbriand estime que si l’équipe est à sept points des séries, le classement demeure serré et son groupe possède actuellement quelques matchs en main.

Un Kulak nouveau

Une chose apparaît certaine, les défenseurs qui passent entre les mains de Bouchard et de son groupe d’entraîneurs semblent toujours progresser. Le cas le plus probant est sans doute celui de Brett Kulak.

Obtenu des Flames l’été dernier dans une transaction qui semblait seulement impliquer des joueurs de la Ligue américaine, l’arrière de 25 ans a commencé la saison à Laval avant d’être rappelé par «le grand club». Et rien n’indique qu’il retournera avec le Rocket cette saison.

«Je pense que Marc (Bergevin) a fait toute une transaction en donnant (Matt) Taormina et (Rinat) Valiev, a d’abord lancé Bouchard. Je n'ai rien contre ces deux-là, mais avoir un défenseur de la Ligue nationale contre deux joueurs de la Ligue américaine, c'est un coup de chapeau.»

Bouchard a raconté avoir remarqué Kulak durant l’été et souhaitait voir l’organisation obtenir ses services. La transaction avec les Flames l’a donc ravi et il s’est vite mis au travail avec ce défenseur dont il estimait qu’il était tout près d’être un régulier dans la LNH.

«C'était un partenariat avec le joueur aussi, a-t-il indiqué. Le plan, c'était de travailler avec lui pendant quelques semaines, pour que quand il retourne dans la Ligue nationale, ce soit un Kulak 2.0. Tout mon respect va au joueur, parce qu'il a acheté ce que j'essayais, avec le groupe d'entraîneurs, d'améliorer dans son jeu.»

Le jeune Victor Mete en est un autre qui a retrouvé son erre d’aller après avoir brièvement séjourné à Laval. Le défenseur de 20 ans se cherchait avant d’être envoyé dans la Ligue américaine à la fin novembre. Depuis qu’il est revenu, il apparaît impossible pour Claude Julien de le sortir de la formation montréalaise.

«C'est un jeune joueur qui a eu une progression fulgurante (...) c'était de prendre un pas de recul, pendant deux ou trois weekends, et de travailler un aspect de son jeu, a souligné Bouchard. Il a un bon patin, un bon jeu de transition. Il s'agissait de prendre le temps avec lui de travailler des aspects qu'on n'a pas le temps de travailler dans la Ligue nationale.»

Evans progresse

Parlant de jeune en progression, l’Américain Jake Evans s’adapte très bien au rythme de la Ligue américaine après avoir passé quatre saisons dans les rangs universitaires aux États-Unis. Le choix de septième du CH en 2014 représente une agréable surprise jusqu’ici pour Bouchard.

«Son adaptation est plus grande que je ne l'avais anticipé», a-t-il affirmé au sujet de l’attaquant de 22 ans.

«Reste-t-il des choses à améliorer? Oui. Est-il proche d'être un joueur régulier dans la LNH, non. Mais il est dans la bonne direction pour avoir une chaise et on continue à développer des aspects de son jeu auxquels je n'avais pas pensé. Je trouve que c'est un gars qui a acheté le système, qui comprend rapidement, il a une intelligence sur la glace et à l'extérieur», a observé Bouchard, qui, manifestement, apprécie grandement son expérience à Laval jusqu’ici.

«J'adore ça, j'adore les gars, j'adore enseigner, c'est une belle expérience.»

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.