Crédit : JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Canadiens

Geoff Molson aurait dû faire une place à Stéphane Quintal, croit Jean-Charles Lajoie

Publié | Mis à jour

Au moment où il occupe le rôle d'adjoint au préfet de discipline de la Ligue nationale de hockey (LNH), Stéphane Quintal souhaite toujours se joindre à l'une des 31 formations de la ligue dans un poste d'importance.

Selon l'animateur de la chaîne TVA Sports Jean-Charles Lajoie, les Canadiens de Montréal aurait tout intérêt à s'enquérir des services de l'ex-défenseur.

«Pour moi, ça demeure une hérésie que Geoff Molson n'ait pas fait une place, n'ait pas créé un poste pour un gars comme Stéphane Quintal», a-t-il mentionné lors de sa chronique quotidienne à l'émission «Dutrizac de 6 à 9» de QUB radio.

«Si M. Molson ne souhaite pas céder la présidence du club, je peux comprendre, mais est-ce possible de créer un poste sur mesure de type vice-président exécutif des affaires hockey [pour lui]?», s'est-il questionné.

Quintal a dû abandonner ses fonctions de préfet de discipline en raison de sa situation familiale qui le force à demeurer à Montréal. Il a donc accepté d'épauler George Parros qui l'a remplacé au début de la saison 2017-2018.

Selon «JiC», l'occasion est donc choisie pour faire une place à celui qui a évolué durant sept saisons avec le Tricolore au sein de son groupe de dirigeants.

«C'est un garçon qui a Montréal dans le coeur. C'est un grand amant de la ville de Montréal, de la culture d'ici et évidemment du Club de hockey Canadien.»

Contacts

En raison de son rôle au sein du service de la sécurité des joueurs, Quintal a rempli son livre de contacts au sein du circuit Bettman. Il s'agit d'un atout non négligeable, selon «JiC».

«Stéphane Quintal est dans le "war room" de la LNH en contact avec tous les directeurs généraux, plusieurs des joueurs de la ligue et les hautes instances où il n'y a que des amis, Gary Bettman en tête. Comment peux-tu te priver, comme organisation, d'un homme avec cette science, cette expérience et ce niveau de contacts?», a martelé Lajoie.

«Est-ce que quelqu'un chez le Canadien n'a pas intérêt à rentrer dans la bergerie ce type de loup? Il connaît la "game" et les gens de la "game"», a-t-il imagé.