Canadiens

Un rare mauvais match pour Danault

Publié | Mis à jour

Phillip Danault est l’un des attaquants les plus importants des Canadiens. Le Québécois est un joueur travaillant, rapide, efficace en attaque et en défense et son rendement depuis le début de la saison est très constant en ce sens.

Mais dimanche, contre les Oilers, ce fut un brin plus compliqué pour l’athlète de Victoriaville, qui était notamment sur la glace pour les trois buts inscrits par la formation albertaine. Et son entraîneur, Claude Julien, l’a souligné après la rencontre.

«Je ne l’ai pas trouvé aussi bon qu’il l’était depuis un bon bout de temps, avait-il mentionné. Ça arrive.»

Le lendemain, Julien a voulu mieux expliquer sa déclaration.

«Ce n’est pas que j’ai détesté son match», a-t-il souligné, en marge de l’entraînement de l’équipe.

«Même si on pense qu’il aurait pu faire un meilleur travail sur certains points, ce n’est pas seulement visé vers lui, a-t-il ajouté. Il nous donne une excellente saison. Tout ce que j’ai dit, c’est que je n’ai pas vu Phillip Danault à son meilleur.»

L’entraîneur a souhaité que personne ne fasse tout un plat d’une critique «toute simple».

Si Danault reçoit ce genre de critique, c’est parce que son jeu, depuis le début de la saison, fait en sorte que les attentes à son endroit sont toujours un peu plus élevées. Il n’y a effectivement pas de quoi fouetter un chat après le match de dimanche, que les Canadiens ont remporté de toute façon.

Et le numéro 24 reste un intouchable au sein de la formation montréalaise.

«Je me fie beaucoup sur lui, je lui donne beaucoup de responsabilités et je pense qu’il a fait du bon travail avec ses responsabilités-là», a conclu l’entraîneur au sujet d’un joueur qu’il semble bien apprécier et qu’il utilise à profusion.

Incertain quatrième trio

Si Danault est bien en selle dans la formation, les joueurs qui jouent à la chaise musicale sur la quatrième unité offensive n’ont pas exactement cette chance.

Présentement, Charles Hudon, Matthew Peca et Nicolas Deslauriers semblent dans une position avantageuse devant Kenny Agostino et Michael Chaput. Cependant, comme les dernières semaines le démontrent, rien n’est coulé dans le béton pour eux.

«Avec une équipe en santé comme ça, on a des gars qui pourraient jouer sur la quatrième qui restent assis dans les estrades, a justement observé Deslauriers. Il faut jouer notre meilleur match. Parfois les minutes sont basses, parfois elles sont hautes, mais il faut amener notre meilleur pour rendre la tâche difficile à Claude.»