JiC

«Eleider a oublié qui il était» - Yvon Michel

Publié | Mis à jour

La défaite subie par le Montréalais Eleider Alvarez aux mains du Russe Sergey Kovalev, samedi dernier, a pris tout le monde par surprise et en rétrospective, c’est probablement l’excès confiance à l’origine de cet étonnement qui est en cause dans le résultat final.

Alvarez s’est incliné par décision unanime et a ainsi perdu sa ceinture WBO des mi-lourds à la suite d’un combat-revanche où il a été tranquillement battu par la stratégie de son adversaire. Le Colombien d’origine s’est tenu devant Kovalev et n’a pas été ébranlé une seule fois, mais il n’a jamais offert de réponse valable aux attaques du Russe. Il apparaissait plutôt facile pour les juges, dans ces circonstances, d’accorder la victoire à Kovalev.

«Eleider a oublié qui il était et c'est peu notre faute à tous», a expliqué son promoteur, Yvon Michel, en entrevue à «JiC», lundi.

Après la victoire obtenue par K.-O. contre Kovalev en août, tout l’entourage du boxeur s’est demandé si le Russe allait se relever de ça.

«On était convaincus, à partir du moment où il (Kovalev) a accepté la revanche, qu'Eleider serait trop fort pour lui, qu'il l'enverrait probablement au pays des rêves après quelques rounds, a indiqué le promoteur. On était convaincus de ça, toute son équipe était convaincue. Finalement, Eleider en est devenu convaincu, tellement qu'il a oublié qui il était.»

«Il a réussi à gagner la première fois avec un "jab" incisif, la vitesse, avec de l'imagination et de la créativité, a-t-il poursuivi. Là, il s'est installé comme un bagarreur qui pensait juste à aller arracher la tête de son adversaire.»

Avec du recul, il est bon de se rappeler qu’Alvarez a néanmoins bien tenu son bout pendant 12 rounds dans un combat de championnat du monde, a relativisé Michel.

«Il a reçu plein de coups de poing, n'a jamais été ébranlé, il est fort, il est un formidable aspirant maintenant, a-t-il observé. Il n'est peut-être plus champion, mais il est un aspirant demandé.»

Un contrat en suspens

Plus tôt en journée, l’entraîneur d’Alvarez, Marc Ramsay, a indiqué à notre collègue Nancy Audet que la défaite de son poulain était une «catastrophe» au plan financier pour ce dernier. C’est que le boxeur avait signé une entente de plusieurs combats avec ESPN, qui devait lui rapporter pas mal d’argent... s’il restait champion.

«C'est une catastrophe financière pour le futur, évidemment, mais pas pour le combat qui vient de passer. Eleider va être payé, même très bien payé pour ce qu'il vient de faire», a tempéré Michel.

«En effet, le contrat prenait force après une éventuelle victoire contre Kovalev, a-t-il confirmé. Mais le contrat n'est pas annulé. Il est présentement suspendu. Il reste, dans le contrat, un combat de retour, sur ESPN, avec une très bonne bourse qui est prévu pour Eleider. Si ça va bien dans ce combat-là (....) il y a des dispositions selon lesquelles Eleider pourrait retourner en championnat du monde.»

Michel a indiqué avoir été contacté en journée par le promoteur de Top Rank, qui lui a affirmé qu’il avait adoré travailler avec Alvarez et son équipe et qu’il avait bien l’intention de lui donner une autre chance.

La suite?

Maintenant, quelle est la prochaine étape pour le Montréalais? Ramsay a indiqué qu’un retour dans le ring pour le mois du juin serait souhaitable. Yvon Michel n’a pas voulu confirmer que les choses se passeront de cette façon.

«Jeudi, je rencontre Eleider, son entraîneur et son gérant et là, ils vont me dire exactement quel le temps de vacances, de récupération pour Eleider, a-t-il mentionné. Après ça, on va mettre en marche une promotion en fonction de ce qu'ils m'auront dit.»

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.