Boxe

«Une soirée longue et pénible» - Marc Ramsay

Publié | Mis à jour

Le deuxième combat entre le Russe Sergey Kovalev et Eleider Alvarez ne s’est pas terminé selon les espérances du boxeur d’origine colombienne. En effet, Alvarez a perdu son titre des mi-lourds de la WBO à la suite d’un revers par décision unanime.

Alvarez (24-1-0, 12 K.-O.) n’a ainsi pas été en mesure de réaliser le même genre de performance qui lui avait permis de passer le K.-O. à Kovalev (33-3-1, 28 K.-O.) en août dernier.

«C’est une performance décevante pour une raison qu’on a de la difficulté à expliquer en ce moment, a souligné l’entraîneur d’Alvarez, Marc Ramsay, dimanche, lors de l’émission le Québec Matin sur les ondes de LCN. Eleider semblait ne pas avoir sa meilleure soirée. Il n’a pas utilisé ses déplacements et ses jambes comme on l’avait fait lors du premier combat. C’était une soirée longue et pénible.

«Au départ c’était beaucoup plus physique, c’est devenu mental au fur et à mesure que les rounds passaient et qu’on n’était pas en mesure de faire mal à Sergey Kovalev et de le ralentir. Dès le deuxième round, Eleider est devenu très statique et n’était pas en mesure de se déplacer et de faire manquer Kovalev, comme on l’avait fait lors du premier combat. Ç’a été très compliqué.»

Le clan Alvarez prendra quelques jours de repos avant de tenter de trouver des réponses à ses questions.

«Techniquement, il (Kovalev) a bien fait, a confié Ramsay. Mais on ne considère pas que Kovalev a été supérieur (au Kovalev) du premier combat. Le problème était plus de notre côté. J’ai l’impression qu’Eleider n’a pas été en mesure de mettre en application ce que l’on a travaillé pendant le camp d’entraînement. Et ç’a été très problématique.»

Kovalev a indiqué qu’il aimerait maintenant obtenir un combat d’unification. Les noms de Dmitry Bivol et Artur Berterbiev ont été avancés. Ramsay est d’ailleurs l’entraîneur de Beterbiev.

«Artur est encore en processus de négociations avec les promoteurs, a indiqué Ramsay. Possiblement de court à moyen terme, il y a sûrement quelque chose à envisager pour ça.»

À voir dans la vidéo ci-dessus.