Canadiens

Drouin soulève le CH en prolongation!

Publié | Mis à jour

Les Oilers d’Edmonton ont le meilleur joueur de la LNH en Connor McDavid et un autre surdoué en Leon Draisaitl. Mais Ken Hitchcock s’époumone à dire que son équipe n’a pas assez de profondeur. Claude Julien n’a pas la chance de diriger un McDavid, mais la profondeur représente l’une des forces des Canadiens, une équipe courageuse et déterminée.

Le CH a aussi des joueurs talentueux. Pour les 58 secondes de la prolongation, ils en ont fait la démonstration. Il y a eu trois acteurs clés lors de cette minute additionnelle : Jonathan Drouin, Carey Price et Jeff Petry.

Drouin a décroché le rôle principal en marquant le but vainqueur d’une superbe façon dans le gain du CH, 4 à 3, contre les Oilers d’Edmonton. Le numéro 92 a coupé vers le centre de la glace pour figer le défenseur Kris Russell et il a ensuite décoché un tir parfait dans le haut du filet. Mikko Koskinen n’y pouvait rien devant la précision de son tir des poignets.

«C’est encore le meilleur sentiment de marquer un but en prolongation, a raconté Drouin. Phillip [Danault] fonçait vers le filet et il amenait un joueur des Oilers avec lui. J’en ai profité en me détachant de mon couvreur et j’ai laissé partir un bon tir.»

Pour la prolongation, Hitchcock a fait un choix logique en envoyant McDavid et Draisaitl dès le départ. Accompagnés de Darnell Nurse, ils étaient confrontés à Max Domi, Joel Armia et Jeff Petry.

Les Oilers ont manqué fermer les livres rapidement. Price et Petry ont sauvé les meubles. L’homme masqué du CH a bloqué des tirs de Nurse et de Draisaitl lors des premières secondes. Petry, quant à lui, a empêché une échappée à deux contre zéro en se repliant à la vitesse de la lumière.

«Petry a réussi tout un jeu pour revenir entre Draisaitl et McDavid, a rappelé Shea Weber. Ils croyaient probablement pouvoir s’évader, mais ils ont mal évalué la vitesse de Petry. Sans l’effort de Jeff, le résultat aurait été différent.»

Les mains de Kotkaniemi

Mené 3 à 2 jusqu’à la 53e minute, le CH a trouvé une façon d’effacer ce petit retard grâce à la magie d’un jeunot de 18 ans. Posté derrière le filet de Koskinen, Jesperi Kotkaniemi a récupéré une rondelle libre pour ensuite la loger dans le haut du filet avec un tir du revers. Ça prenait des mains rapides pour réussir un tel jeu.

«Je suis tanné de lui envoyer des compliments, a dit en éclatant de rire l’ailier Brendan Gallagher. Je parle de lui depuis le début du camp. J’ai du plaisir avec KK. Il joue du très bon hockey, il a encore plus confiance. Il a juste 18 ans. Il doit s’adapter à la réalité de la LNH et du calendrier, mais il ne ralentit pas.»

Kotkaniemi a touché la cible pour un deuxième match d’affilée. S’il joue avec plus de confiance, Julien lui donne aussi plus de responsabilités. Utilisé sur la première vague en infériorité numérique, le Finlandais a atteint un sommet personnel cette saison avec un temps de jeu de 17 min 8 s.

Sur son but égalisateur, Kotkaniemi avait remplacé Paul Byron à l’aile gauche aux côtés de Max Domi et de Tomas Tatar.

Encore les unités spéciales...

Les Oilers ont marqué deux de leurs trois buts en supériorité numérique, ceux de McDavid et de Draisaitl. On devrait pratiquement lire trois en trois. Max Domi avait quitté le banc des punitions depuis seulement deux secondes quand les Oilers ont inscrit leur premier but de la rencontre, le premier d’un doublé pour Draisaitl.

Dans les aspects négatifs, le Tricolore n’a jamais réussi à ralentir les gros canons des Oilers en avantage numérique. Il y a aussi la blessure à Byron qui n’augure rien de trop bon. Plaqué par le défenseur Matt Benning, Byron s’est blessé au poignet gauche. À son retour au banc, il a exprimé sa rage en frappant avec sa main droite contre la baie vitrée.

Julien est resté muet au sujet de la nature de la blessure de son rapide ailier en disant simplement qu’il aura une meilleure réponse après une évaluation plus précise avec les médecins de l’équipe.

Si les Oilers ont inscrit deux buts à cinq contre quatre, le CH a aussi marqué en avantage numérique. Un phénomène rare cette année. Shea Weber a ouvert la marque en décochant un boulet de canon après un relais précis de Drouin.

Le Canadien a maintenant plus de mordant en supériorité numérique. Julien a peut-être trouvé une bonne combinaison pour sa première unité en utilisant Kotkaniemi, Tatar, Armia, Drouin et Weber.