Crédit : AFP

NFL

Le pire des scénarios pour St. Louis

Publié | Mis à jour

Il y a quatre ans, une présence des Rams au Super Bowl aurait été accueillie avec euphorie à St. Louis. En 2019, la participation de la troupe de Sean McVay à la grand-messe du football laisse, au mieux, les amateurs de football locaux de glace, et au pire, sème la colère.

«Au départ, j’espérais qu’un immense gouffre s’ouvre et avale le Super Bowl», a laissé tomber froidement Butch Hearns, un ancien partisan des Rams originaire de Wentzville, au Missouri, dans une entrevue à Yahoo! Sports.

Après la saison 2015, le propriétaire des Rams Stan Kroenke a convaincu la NFL de déménager son équipe de St. Louis à Los Angeles, cela même si la ville était prête à investir des fonds publics pour construire un nouveau stade.

Il faut dire que les Rams évoluaient à Los Angeles avant d’arriver à St. Louis en 1995.

Dans un document envoyé à la ligue, Kroenke a également laissé entendre qu’une équipe qui s’installait à St. Louis courait à sa perte financièrement. Il va sans dire : il n’est pas très populaire à St. Louis.

«Il a parlé de notre ville comme si elle sortait tout droit d’un film de "Mad Max"», a indiqué le journaliste sportif Bernie Miklasz, dans des propos rapportés par le réseau CBS.

Et les Patriots?

Dans d’autres circonstances, les amateurs de football de St. Louis pourraient simplement appuyer les adversaires des Rams pour le Super Bowl LIII, dimanche à Atlanta. Le problème est que ces adversaires sont les Patriots de la Nouvelle-Angleterre.

Pour plusieurs raisons – domination depuis 18 ans, scandales, accusations de tricherie – les Patriots ne sont pas tellement appréciés en dehors de Boston et ses environs. Cela est d’autant plus vrai à St. Louis, qui ont vu leurs favoris être surpris par Tom Brady et Bill Belichick en grande finale, le 3 février 2002.

C’était le début de la dynastie qui sévit encore aujourd’hui.

«Les Patriots étaient probablement l’équipe la plus détestée à St. Louis avant le départ des Rams. Ce titre revient maintenant aux Rams», a expliqué Bob Wallace, un ancien dirigeant des Rams, au quotidien «Los Angeles Times».

Les Rams ou les Patriots soulèveront le trophée Vince-Lombardi dimanche, mais à St. Louis, il n’y aura aucun gagnant.