Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens

Et pourquoi pas un attaquant?

Et pourquoi pas un attaquant?

Michel Bergeron

Publié 02 février
Mis à jour 02 février

La date limite des transactions approche et on semble tenir pour acquis à Montréal que les Canadiens seront à la recherche d’un défenseur gaucher pour jouer avec Shea Weber. Et si la priorité de Marc Bergevin était plutôt l’acquisition d’un attaquant d’impact?

Personne ne sait réellement quel est le plan du directeur général du Tricolore. Chose certaine, il a trois choix : acheteur, vendeur ou statu quo.

Personnellement, je pense qu’il va bouger, mais une chose semble évidente, il ne se lancera pas dans la course aux joueurs de location de 32 ans ou aux joueurs marginaux de quatrième trio ou de troisième paire à la Karl Alzner ou Dwight King.

Si Bergevin bouge, ce sera pour attirer un joueur qui sera dans l’action immédiatement et qui jouera un rôle important avec l’équipe.

Et j’en reviens donc à mon point initial. Ce joueur doit-il absolument être un défenseur ?

Des postes à combler

Le directeur général du Tricolore a appris de ses erreurs et il l’a prouvé avec les acquisitions de Max Domi et Tomas Tatar. À ce moment, il était certain d’avoir pris la bonne décision et, en date d’aujourd’hui, on n’a pas le choix de lui donner raison.

Ce qui joue en faveur des Canadiens, c’est qu’il compte sur plusieurs attaquants polyvalents qui peuvent jouer à peu près à toutes les positions. Ajouter un attaquant, peu importe sa position, ne serait donc pas un casse-tête pour Claude Julien.

L’arrivée d’un joueur d’avant de 27 ou 28 ans, qui a déjà fait sa marque dans la LNH et qui pourrait entrer dans le moule montréalais sans défaire la structure ou la chimie de l’équipe serait, selon moi, une acquisition fort brillante. On n’a jamais trop de joueurs qui peuvent contribuer offensivement !

Le cas Hudon

Évidemment, ça demeure la grande question. Que va coûter un défenseur gaucher de première paire ou un attaquant pouvant évoluer sur l’un des deux premiers trios de façon régulière ?

On parle beaucoup de Charles Hudon, mais il faut admettre que le jeune attaquant québécois n’a certainement pas une grosse valeur sur le marché des échanges à l’heure actuelle. Il ne fait assurément plus partie des plans du Bleu-Blanc-Rouge, mais l’équipe ne lui a jamais permis de se faire valoir pour augmenter sa valeur.

Que faire avec Mete

Chez les défenseurs, le nom de Victor Mete revient, mais je pense qu’il faut être prudent avant de sacrifier le jeune arrière de 20 ans. On le sait tous, il n’a toujours pas marqué dans la LNH et j’ai l’impression qu’une fois qu’il l’aura fait, deux tonnes de pression vont lui tomber des épaules. J’aime beaucoup ce qu’il apporte déjà à un si jeune âge, c’est un joueur qui patine bien, qui est efficace en contrôle de rondelle et qui s’implique.

Peut-il être le partenaire à long terme de Shea Weber? Je ne sais pas. Par contre, plutôt que de se concentrer à améliorer ses défauts, j’espère que le Tricolore va continuer à travailler à améliorer ses qualités. Plus il va jouer avec confiance, plus son talent et son apport offensif vont compenser ses erreurs.

Mais malgré toutes ces spéculations, le mot final reviendra à Marc Bergevin. Qui aurait cru, en début de saison, qu’on parlerait du Canadien comme d’un acheteur potentiel lors de la date limite?

Fier pour Maurice

Maurice Filion a été honoré par l’organisation des Remparts de Québec hier. Je suis tellement fier pour lui, pour son épouse Fernande et pour ses trois garçons que Jacques Tanguay et la Ville de Québec aient reconnu les qualités de leader, d’homme intense et de bâtisseur de Maurice. Il a travaillé avec toutes les équipes importantes de Québec, que ce soit les Remparts avec qui il a remporté la coupe Memorial et les Nordiques, tout d’abord de l’AMH avec qui il a gagné la coupe AVCO, ainsi que par la suite dans la LNH. Il ne s’est jamais plaint, il n’a jamais dit un mot et s’est acquitté de ses fonctions en demeurant droit comme un chêne. Je garde des souvenirs incroyables de ce grand homme qui a été pour moi un mentor et un modèle.

Marché survolté

Les dernières informations concernant de futurs agents libres sans compensation font rêver à un marché des joueurs autonomes complètement fou cet été! À Columbus, l’avenir d’Artemi Panarin et de Sergey Bobrovsky est incertain, tout comme celui d’Erik Karlsson à San Jose ainsi que de Matt Duchene et Mark Stone à Ottawa. J’ai hâte de voir ce que les équipes auront appris de l’épisode John Tavares, l’an dernier. Tenteront-elles leur chance jusqu’à la fin, quitte à perdre leurs joueurs vedettes pour rien, ou bien les échangeront-ils à la date limite des transactions pour assurer un retour minimal sur investissement? On verra, mais s’il fallait que tous ces joueurs se retrouvent sur le marché le 1er juillet, imaginez la bagarre que ça générerait entre les équipes!

John Tortorella

Et, parlant des Jackets, je me demande si l’attitude de John Tortorella n’est pas l’une des raisons de l’hésitation de Panarin et Bobrovsky. Jeudi soir, il a cloué au banc Anthony Duclair après 24 secondes et ne l’a pas utilisé du reste du match. Il se paie la traite au détriment de l’équipe et je me demande si les vétérans et joueurs vedettes n’en ont pas marre de jouer pour lui. De plus, la communication avec ses joueurs n’a jamais été sa force. Je serais curieux de savoir ce que la direction des Jackets pense de son travail.