Andrew Shaw

Photo : Andrew Shaw Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens

Andrew Shaw se rapproche d’un retour

Publié | Mis à jour

Andrew Shaw a fait un pas dans la bonne direction. Absent depuis le 3 janvier en raison d’un malaise au cou, l’attaquant a repris l’entraînement avec ses coéquipiers jeudi. S’il y a enfin de la lumière au bout du tunnel, Claude Julien a toutefois refusé d’avancer une date pour son retour au jeu.

Shaw, qui a manqué les 11 dernières rencontres des siens, n’a toujours pas reçu le feu vert des médecins pour s’entraîner avec contacts.

Kenny Agostino et Michael Chaput portaient également le même gilet. Les trois attaquants formaient ainsi le cinquième trio.

«Andrew ne jouera pas en fin de semaine [contre les Devils et les Oilers], a précisé Julien. Pour lui, c’était un premier entraînement avec ses coéquipiers. Nous continuons de l’évaluer sur une base quotidienne.

«Nous suivons le protocole avec lui, a-t-il poursuivi. Aujourd’hui [jeudi], c’était un entraînement sans contacts. S’il se sent bien, il reviendra à l’entraînement demain [vendredi]. Nous restons prudents. Je devrai attendre les réponses de nos médecins. Quand il aura la permission des docteurs pour subir des contacts, nous commencerons à penser à un retour, mais il n’a pas joué depuis un mois. Il aura besoin de temps.»

Julien a toutefois réitéré qu’il n’avait pas subi une commotion cérébrale, mais bien une blessure au cou.

En 36 matchs cette saison, l’ancien des Blackhawks a amassé 24 points (11 buts, 13 passes). Avant de se blesser contre les Stars à Dallas, Shaw avait connu plusieurs bons matchs à l’aile droite aux côtés de Max Domi et de Jonathan Drouin.

«Ça faisait du bien de le revoir, même si c’était juste un entraînement, a dit le centre Phillip Danault. Shaw apporte beaucoup d’énergie à l’équipe. Il faut toujours un gars pour agacer les autres à l’entraînement. C’est bon de le revoir dans l’entourage de l’équipe. Il est un maillon fort pour nous.»

La même philosophie

À moins d’un mois de la date limite des échanges du 25 février, Julien a corroboré les mots de son directeur général Marc Bergevin.

«J’ai la même opinion que Marc. Nous regarderons nos options. Mais nous ne sacrifierons pas notre futur pour une solution rapide. Si nous pouvons conclure une transaction raisonnable, je ne crois pas que Marc dira non. Sauf que nous ne compromettrons pas le futur de l’équipe, nous respecterons notre plan.»

Dans un langage simplifié, le CH n’échangera pas un choix de premier tour ou l’un des meilleurs espoirs de l’organisation. Bergevin ne touchera pas aux Ryan Poehling, Nick Suzuki, Alexander Romanov ou Josh Brook.