Boxe

Alvarez cloue le bec à Kovalev!

Publié | Mis à jour

Eleider Alvarez et Sergey Kovalev ont été fidèles à eux-mêmes, jeudi, lors de leur dernière conférence de presse.

Le champion WBO des mi-lourds et son aspirant ont évité les déclarations incendiaires. Les deux ne voulaient surtout pas donner une source de motivation supplémentaire à l’autre en prévision de leur affrontement de samedi soir.

Alvarez a cependant sorti les crocs pendant quelques secondes. Lors de ses premiers mots, Kovalev a tenté de se moquer de sa difficulté à parler en anglais. La réplique du Montréalais d’origine colombienne n’a pas tardé.

«J’ai très bien compris tout ce que tu as dit pour ton information, a-t-il souligné avec un sourire. J’ajouterais que je parle aussi bien en anglais que toi!»

Une remarque qui a fait rire tout le monde. Kovalev n’a pas reparlé par la suite. Il venait de se faire clouer le bec.

Puis, on a eu droit au face-à-face entre les deux boxeurs. Il a été long et intense. Ils y ont mis fin après une trentaine de secondes.

Un long et intense face-à-face entre Alvarez et Kovalev - TVA Sports

«Quand je l’ai regardé, j’ai vu la même chose qu’avant notre dernier combat. Ses yeux bougeaient, a raconté Alvarez. Il n’était pas question de baisser les yeux devant lui et de me tourner vers les photographes avant lui.

«J’aurais été prêt à tenir son regard jusqu’à demain matin si ç’a avait été nécessaire.»

Aux aguets

Alvarez s’attend à un combat aussi dur que le premier. Il est conscient que la note à payer pour remporter le duel pourrait être plus importante.

«On a plusieurs scénarios pour cet affrontement, a expliqué Alvarez. Je sais que je suis capable de m’adapter selon le déroulement du combat.

«Je suis prêt à tout de la part de Kovalev. Il a parlé avec confiance lors de la conférence de presse, mais je ne sais pas s’il pense vraiment ce qu’il dit.»

Alvarez ne parlera pas aux médias après la pesée de cet après-midi. Son équipe d’entraîneurs souhaite qu’il entre dans sa bulle en prévision de son combat contre Kovalev. Et c’est tout à fait normal.