Divisional Round - Los Angeles Chargers v New England Patriots

Crédit : AFP

NFL

Super Bowl LIII : Deux frères au sommet

Publié | Mis à jour

Si toutes les routes peuvent mener au Super Bowl, certaines sont assurément plus sinueuses et pénibles que d’autres, même pour deux frères se battant pour le même objectif. La famille McCourty peut en témoigner.

Le maraudeur Devin McCourty termine sa neuvième saison avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre et s’apprête à prendre part pour une cinquième fois au Super Bowl. Il s’agira de son 22e match en séries. Bref, en quelque sorte, le succès est devenu une heureuse routine.

«Il est une personne incroyable et il a été élu comme l’un des capitaines dès sa deuxième année. Il est un grand leader et un bel exemple pour nos jeunes», a dit Bill Belichick, entraîneur-chef des Patriots, à son sujet.

Son frère jumeau Jason a commencé sa carrière dans la NFL comme demi de coin un an plus tôt, en 2009, avec les Titans du Tennessee.

Pendant les huit saisons qui ont suivi, son équipe n’a jamais participé aux séries. Pas le moindre match!

Comme si le mauvais sort ne s’acharnait pas suffisamment sur lui, il a pris la route de Cleveland en 2017, un moment abyssal dans sa carrière quand les Browns n’ont remporté aucun de leurs 16 matchs.

Pendant ce temps, frérot Devin se dirigeait vers une quatrième présence au Super Bowl.

De 0-16 au Super Bowl!

Durant la saison morte, Jason McCourty s’est retrouvé contre toute attente chez les Patriots grâce à un échange.

Extatique à l’idée de rejoindre son frère et de goûter enfin au succès collectif, il a toutefois dû gagner une place qui ne lui a manifestement pas été garantie.

Au point où il était même en uniforme en deuxième demie du dernier match préparatoire des Patriots, cet été, une situation qui est habituellement réservée à bien des joueurs destinés au couperet.

«Rien ne m’a été donné, mais vraiment, se retrouver ici après neuf années comme celles-là, ça ne s’invente pas! D’aucune manière, je n’aurais pu penser après une saison de 0-16 que je me retrouverais soudainement au Super Bowl avec mon frère. Tu n’oses pas imaginer des scénarios comme celui-là, même en rêve», racontait mardi celui qui a réussi 70 plaqués et une interception en plus de défendre 10 passes cette saison.

Relation forte

À chaque présence précédente de Devin McCourty au Super Bowl, son jumeau l’accompagnait pour l’aider à se concentrer sur le match en gérant quelques questions de logistique durant la semaine.

«Je me sentais comme si j’étais dans l’entrée de la maison à regarder par la fenêtre sans pouvoir entrer. Je suis heureux cette année d’expérimenter tout de l’intérieur. Ça m’aura pris neuf ans de travail pour en arriver là», a confié Jason.

Malgré le statut étoile de son frère et les succès répétés des Patriots, jamais la jalousie ne s’est interposée dans leur puissante relation fraternelle.

«Ma femme sera fâchée si vous écrivez que Devin est mon meilleur ami, donc je vais dire qu’il est mon deuxième meilleur ami après elle!», a dit avec un sourire le demi de coin.

Moment spécial

Si une présence en séries, et encore plus au Super Bowl, s’avère un moment marquant pour Jason après tant de tentatives infructueuses, c’est aussi le comble pour Devin.

«Je ne pourrais imaginer un meilleur scénario. Jouer pour gagner une bague au Super Bowl avec mon frère... Qui peut battre ça?», a-t-il indiqué.

Devin est né seulement 27 minutes plus tôt que Jason, mais pendant près de 10 ans, Jason l’a pourchassé. La course folle est terminée. Les McCourty se retrouvent côte à côte, à une victoire du sommet de la montagne.

La retraite? Pas si vite!

L’évocation du mot retraite semble être un sujet prisé par les médias dans les entrevues avec les joueurs des Patriots, cette semaine.

Il y a d’abord eu Tom Brady, qui a dû répéter pour une 178e fois cette saison qu’il n’entendait pas prendre sa retraite au terme de la saison, même en cas de victoire face aux Rams de Los Angeles dimanche, au Super Bowl. Il faut croire qu’il ne l’avait pas déjà assez dit...

Il y a aussi l’ailier rapproché Rob Gronkowski qui, lui, n’a pas voulu se prononcer avec certitude sur la question. «Gronk» s’est montré sage en mentionnant qu’il prendrait la peine de s’asseoir pour réfléchir à la question quelques semaines après le grand match.

Puis, questionné à son tour sur cette éventualité, le maraudeur Devin McCourty a laissé planer le doute.

«Si on peut gagner ce match, avec mon frère, je ne sais pas ce que je pourrais vivre de mieux. Je m’assure donc d’apprécier la fin de la saison et les derniers moments avec les gars», a-t-il lancé au micro de NFL Network.

Trop de drame!

Mardi, son frère Jason a désamorcé la bombe avec humour.

«Dès que j’ai vu ce qu’il a affirmé, j’ai envoyé un texto à ma femme dans lequel je lui disais que, comme d’habitude, Devin avait été trop dramatique! Je suis tellement concentré sur le match que ce n’est pas le moment de parler de tout ça», a-t-il commenté.

Reconnu comme l’un des grands leaders dans le vestiaire des Patriots, Devin McCourty a maintenant quelqu’un à bord pour calmer ses ardeurs.

«On l’entend tout le temps gueuler dans le vestiaire, mais les gars savent que je suis sa kryptonite et que je suis le seul qui est capable de le remettre à sa place», a lancé Jason McCourty à la rigolade.

Saviez-vous que...

Devin et Jason McCourty sont devenus les premiers jumeaux à sauter sur le terrain pour la même équipe de football professionnel depuis Gene et Tom Golsen, en 1926.

Les jumeaux Golsen s’étaient alignés pour les Colonels de Louisville, une équipe itinérante créée par la NFL et qui n’a vécu qu’une saison.

Atlanta: La ville est Super Bowl

L’empreinte gigantesque du Super Bowl est assurément présente au centre-ville d’Atlanta. Sur plusieurs édifices en hauteur, d’énormes logos de l’événement ont été installés. Dans le parc olympique, les souvenirs des Jeux de 1996 encore bien présents se mêlent désormais au décor du Super Bowl et les lieux ont été envahis du quartier «Super Bowl Live», où des concerts sont présentés. Une immense réplique du trophée Vince-Lombardi trône aussi au cœur de l’endroit. Même la grande roue sur place a vu 32 de ses 42 cabines prendre les couleurs des équipes de la NFL pour l’occasion. Il fait vraiment bon se promener en ville et l’ambiance typiquement festive du Super Bowl commence à peine à s’installer.

Organisation: Efficacité redoutable

La première chose qui saute aux yeux à Atlanta, c’est la redoutable efficacité de l’organisation. Un petit saut en autobus et on se retrouve dans le secteur du parc olympique, où tout devient accessible en claquant des doigts. Le bijou de nouveau stade des Falcons, le Mercedes Benz Stadium, qui sera l’hôte du Super Bowl, se trouve à deux pas du State Farm Arena, où la soirée des médias se tenait lundi. Le tout est adjacent au Centre des congrès, le troisième plus gros du genre aux États-Unis, sur une surface de 3,9 millions de pieds carrés (360 000 mètres carrés). Aux quatre coins de la ville, 10 000 bénévoles sont aux petits soins. Pas moins de 32 000 personnes ont posé leur candidature pour occuper ce rôle, un record dans l’histoire du Super Bowl.

Météo: Quelle tempête?

La fameuse «tempête» de 5 cm de neige annoncée la veille à Atlanta aura finalement été une tempête dans un verre d’eau. Après une petite pluie matinale, le beau soleil s’est installé. Les autorités de la ville, traumatisées par une chute de neige qui avait paralysé Atlanta en 2014 en créant des bouchons monstres sur les routes, n’ont pas lésiné cette fois en épandant un peu partout du sel sur les trottoirs avant même que le premier flocon daigne se pointer le bout du nez. En plus des écoles fermées en prévention, l’aéroport Hartsfield-Jackson a vu environ 170 vols annulés. Pour s’assurer que les Patriots et les Rams puissent se rendre à leurs sites d’entraînement, quelque 1900 employés municipaux demeuraient aux aguets, sur appel. Beaucoup plus de peur que de mal!