Les Partants

Benoit Huot se retire avec le sentiment du devoir accompli

Publié | Mis à jour

Le Québécois BenoitHuot a connu une carrière sportive faste avec 20 médailles lors de cinq Jeux paralympiques et 32 autres distinctions en six participations aux Championnats du monde. Toutefois, ce n’est pas tout ce métal qui lui permet de définir toutes ces années de compétition comme un succès et une fierté.

En effet, en près de 20 ans dans les piscines, Huot a accompli ce qu’il avait à accomplir. Mais l’héritage qu’il laisse est beaucoup plus grand que ça.

«Mes objectifs individuels sportifs ont été atteints, a souligné Huot lors de l’émission Les Partants, mercredi, sur les ondes de TVA Sports. Mais aujourd’hui, au moment de la retraite, ce qui me rend le plus fier, c’est d’avoir vu le mouvement paralympique évoluer et grandir dans les 20 dernières années.

«À mes premiers Jeux paralympiques, on était à Sydney et on avait bien fait. [...] Je reviens à la maison et je réalise qu’aucun Canadien n’avait vu les athlètes en action lors des Jeux paralympiques. Il n’y avait pas de couverture médiatique. Pas de radio, pas de papier, pas de télé. C’est une frustration.

«[...] Donc j’en ai fait une mission, un nouveau rêve qui se présentait à moi. C’était un mandat pour moi. En fin de carrière, j’ai le sentiment du devoir accompli parce que je réalise que le mouvement paralympique n’a jamais été dans une aussi bonne position.»

Huot a grandi avec un handicap à un pied, quelque chose qui n’est pas nécessairement observable à première vue. Toutefois, il l’empêche de pouvoir courir et patiner normalement, par exemple.

«Mon premier rêve était de devenir joueur de hockey, a-t-il confié. J’ai vu Patrick Roy gagner la coupe Stanley en 1993. J’ai essayé le baseball, les Expos étaient populaires. Je m’attachais vraiment à ce que les médias nous offraient. Ç’a été difficile, j’avais de la misère à patiner, à courir. C’est en voyant Mark Tewksbury gagner l’or olympique en 1992 à Barcelone que j’ai appris c’était quoi la natation de compétition et que je me suis intéressé davantage à ce sport.»

Mais au final, Huot a été un athlète et une personne importante pour le mouvement paralympique. Et, c’est ce qui le rend le plus fier.

«Ça me rend heureux, car il y a 20 ans, on n’aurait pas vu une expérience comme celle-là, a-t-il continué. Je m’entraîne avec Russ (Russell Martin), Charles Hamelin, (Alexandre) Bilodeau, (Alexandre) Despatie, on est tous des amis. Qu’on soit un Olympien, un athlète professionnel multimillionnaire ou un athlète paralympique, un athlète c’est un athlète. Aujourd’hui, 20 ans plus tard, on en est rendu là, ça c’est ma fierté.»

À voir dans la vidéo ci-dessus.


Réécoutez Les Partants quand vous le voulez sur QUB Radio