Boxe

Une préparation optimale, un état d’esprit parfait

Publié | Mis à jour

Le boxeur montréalais Eleider Alvarez s’est envolé pour le Texas, mardi, où il disputera samedi son très attendu combat-revanche contre le Russe Sergey Kovalev, à qui il a dérobé la ceinture WBO des mi-lourds l’été dernier.

Mais avant de partir, le Colombien en a sué un coup au gymnase afin de commencer à écouler les quelques livres qu’il doit perdre d’ici la pesée officielle.

«J'ai onze livres à perdre, c'est très correct pour moi, comme toujours», a-t-il affirmé à notre collègue Nancy Audet.

«Avant, je perdais huit livres la journée de la pesée, a ajouté l’athlète de 34 ans. Mais depuis cinq ans, je fais mon poids une journée avant la pesée.»

D’ailleurs, son préparateur physique, Marc-André Wilson, reste ébahi par la progression du boxeur depuis qu’il est arrivé à Montréal il y a environ dix ans.

«On partait de loin au niveau physique, il s'est jeté dans la boxe très jeune et il y a eu un manque au niveau de son développement, s’est-il souvenu. On avait beaucoup de rattrapage à faire.»

«Tellement que je pensais que c’était une blague, a-t-il poursuivi. Il avait de la misère à se tenir sur une jambe. Sa coordination n’était pas bonne.»

Mardi, Alvarez affichait une grande forme. Même que sa musculature était encore plus impressionnante qu’à l’habitude. On a visiblement poussé la note à l’entraînement.

«Je me sens plus fort que la première fois, c'est vrai», a-t-il admis.

Un moral d’acier

Alvarez arrivera à Frisco dans un remarquable état d’esprit, prêt à démontrer que sa victoire par K.-O. obtenue en août dernier, contre Kovalev, n’était pas un coup de chance.

«Kovalev a mentionné souvent que c’était un accident, a souligné son entraîneur, Marc Ramsay. Et bien il y a un autre accident qui s’en vient, samedi, et il s’en vient vite.»

«C’est une source de motivation, pour nous, de prouver qu’il y avait beaucoup de travail derrière sa victoire du 4 août dernier», a-t-il ajouté.

À l’approche du combat, le boxeur a le feu dans les yeux.

«Il a faim comme jamais», a observé Marc-André Wilson.

Depuis qu’il est champion, Alvarez «est encore plus déterminé, plus motivé que jamais et il a donné tout ce qu’il avait à donner dans son camp», a ajouté le préparateur physique.

Maintenant, l’important est d’éviter les distractions d’ici samedi, afin de garder ce niveau de concentration et de motivation.

«Tout le monde veut essayer d’avoir un petit morceau d’Eleider Alvarez, alors il faut rester très, très concentré, a rappelé Ramsay. On sait qu’on a connu un bon camp d’entraînement, maintenant il faut franchir la ligne d’arrivée.»

Voyez le reportage de Nancy Audet dans la vidéo ci-dessus.