Crédit : AFP

NFL

L’art de motiver Tom Brady...

Publié | Mis à jour

Dans l’art de fournir du matériel de motivation additionnelle à Tom Brady, comme s’il en avait besoin, difficile de faire pire que Nickell Robey-Coleman.

Après la fameuse controverse de l’interférence qui n’a jamais été appelée face aux Saints, voilà que le demi de coin des Rams semble avoir pris goût à faire parler de lui.

Avant de se pointer à Atlanta, il a déclaré que l’âge avait assurément ralenti Brady et qu’il n’était plus le quart-arrière qu’il a déjà été.

Après avoir réalisé qu’il risquait d’avoir provoqué le géant, Robey-Coleman a répondu lundi en faisant ce que trop d’athlètes font quand la pièce surchauffe. Il s’est réfugié dans le club des mal cités.

«C’était hors contexte», a-t-il soutenu. Tom est un grand quart-arrière, le plus grand de tous les temps. Il est une légende. On m’a posé une question sur la différence entre le passé et maintenant, puis j’ai répondu sur son âge. Je ne voulais pas dire qu’il est vieux et je ne lui enlève rien», a-t-il pédalé de reculons.

Entouré de micros et de caméras, Robey-Coleman n’a pas semblé trop importuné. Au contraire, tandis qu’une relationniste des Rams implorait les journalistes de lui «donner un break», le volubile demi de coin souriait et semblait savourer l’attention.

Pas de pression

Il n’est pas d’avis que ses propos puissent générer une pression indue sur ses coéquipiers ou une distraction indésirable avant le grand match.

«Dans ce vestiaire, les gars savent que mes mots ont été déformés. On ne rendra pas cette situation plus importante qu’elle ne l’est en réalité. Connaissant Tom [Brady], je ne pense pas que ça va le frustrer ni le motiver. On a quatre quarts à jouer dimanche et c’est la même chose pour eux, peu importe mes propos», a-t-il insisté.

Selon lui, le simple fait qu’il ait été impliqué dans l’un des jeux les plus controversés de l’histoire des séries à La Nouvelle-Orléans, il y a un peu plus d’une semaine, en a fait une cible.

«L’histoire a pris des proportions, même si tout le monde sait que je n’ai rien dit de mal sur Tom», a-t-il plaidé.